Les hommes de loi d’un des accusés dans l’affaire Michaela McAreavey (née Harte), sont inquiets. En effet, Mes Sanjeev Teeluckdharry et Ravi Rutnah, qui représentent les intérêts du suspect Avinash Treebhowon, craignent que le procès aux Assises n’ait pas lieu avant l’année prochaine. Cette situation les exaspère, car, disent-ils, cela fait neuf mois depuis l’arrestation de leur client et deux mois depuis la décision de la magistrate Sheila Bonomally de le déférer aux Assises en compagnie d’un coaccusé, à savoir Sandip Moonea. Treebhowon, qui se bat en Cour suprême pour être remis en liberté sous caution, en sera davantage après que l’affaire soit entendue ce jeudi devant la Master’s Court.
Pour Me Teeluckdharry, qui est le leading counsel assurant la défense d’Avinash Treebhowon, la présente situation est tout simplement « exaspérante » au vu du délai qui s’est écoulé depuis l’arrestation de son client ainsi que la décision de la magistrate Bonomally de déférer les suspects en cour d’Assises. Jusqu’ici, le bureau du DPP, dit-il, n’a prise aucune décision quant au procès à être logé aux Assises. Au vu des autres procès qui se tiendront cette année, il y a de fortes chances que l’affaire Harte ne démarre aux Assises que dans le courant de l’année prochaine.
En attendant, Me Teeluckdharry, qui est assisté de son collège Rutnah, souhaite qu’Avinash Treebhowon soit remis en liberté sous caution en attendant son procès en cour d’Assises. Durant le courant de la semaine, l’affaire était devant le Bench de la Cour suprême, composé des juges Bushan Domah et Abdul Hajee Abdoula. Cependant, le juge Domah a été contraint de renvoyer l’affaire, puisque son collègue était indisposé. Le cas Treebhowon sera devant la Master’s Court jeudi.
Par ailleurs, le représentant du Directeur des Poursuites publiques (DPP), Me Nataraj Mooneesamy, State Counsel, a aussi fait savoir que la Cour de District de Rivière-du-Rempart (Mapou) n’a pas encore transmis tous les documents relatifs à l’enquête préliminaire au State Law Office (SLO). Le 18 juillet dernier, la magistrate Sheila Bonomally avait pris la décision de déférer Avinash Treebhowon et son collègue Sandip Moonea — tous deux des employés de l’hôtel Legends — en Cour d’Assises pour répondre du meurtre de Michaela McAreavey. Cette décision fait suite à des audiences d’une enquête préliminaire qui a duré trois semaines environ. Me Mooneesamy a fait ressortir que le SLO doit être en présence de tous les documents de l’enquête préliminaire afin d’aller de l’avant avec le procès en cour d’Assises.
En Irlande, la nouvelle d’un possible retard du démarrage du procès en Cour d’Assises a été répercutée dans la presse d’hier. En attendant, l’époux de Michaela, à savoir John McAreavey, continue son combat pour la fondation qui a été créée en mémoire de cette dernière. Cette fondation, qui s’appelle « The Michaela Foundation » et qui a pour slogan « Life without limits », se veut être un guide pour la jeunesse afin de « live their lives to the maximum whilst retaining control in it ». La fondation veut transmettre un message d’espoir, de joie, ainsi que de toutes les valeurs chères à Michaela. Le site web de la fondation est le suivant : themichaelafoundation. com