Réagissant à cette annonce hier, Me Dick Ng Sui Wa, avocat des familles McAreavey et Harte, a déclaré à Week-End que ses clients « seront présents à Maurice pour le procès et veulent que justice soit faite ». De leur côté, Mes Sanjeev Teeluckdharry et Rama Valayden, qui défendent respectivement les intérêtes d’Avinash Treebhowon et de Sandip Moonea, attendent avec impatience le démarrage du procès.
Le communiqué émis en fin d’après-midi par le PPRO se lit comme suit : « The public is informed that following examination of the enquiry into the cause of death of Michaela Mary Harte, also known as Michaela Mary McAreavey, the Director of Public Prosecutions has taken the decision, on the 16th of December 2011, to formally lodge a case of murder with premeditation against Mr Avinash Treebhowon and Mr Sandip Moonea before the court of Assizes in Mauritius. »
La Section 217 du Criminal Code définit ainsi la prémeditation : « Premeditation consists in the determined intention of attempting the person of any particular individual, or of any individual who may be found or met with, even though such intention should depend upon some circumstance or condition. » Selon un éminent homme de loi, la préméditation n’a ainsi pas besoin d’être échafaudée bien à l’avance. Un laps de temps aussi court que cinq minutes suffit pour préméditer un assassinat, avance-t-il.
Interrogé par Week-End hier, Me Dick Ng Sui Wa, qui représente les intérêts des familles McAreavey et Harte à Maurice, a fait ressortir que ses clients souhaitent avant tout que justice soit faite. « L’annonce d’hier (NDLR : de vendredi) a quelque peu rassuré la famille, qui se posait des questions. C’est un peu normal. J’ai, du reste, dû leur expliquer en détails toute la procédure judiciaire à Maurice, pour qu’elle puisse bien comprendre ce qui se passe, de même que ce qu’est une enquête préliminaire. La famille recherche la justice, tout comme le gouvernement irlandais. Il faut comprendre que Michaela McAreavey et son époux John sont des personnalités dans leur pays. L’Irlande est un petit pays, et ce qui s’est passé a profondément choqué toute la population, la presse de ce pays et le gouvernement », a-t-il fait ressortir.
La MCIT attendue « de pied ferme »
Au sujet de la présence de la famille au procès aux Assises, Me Ng Sui Wa a fait ressortir que ce n’est pas uniquement l’époux – pressenti comme témoin – qui fera le déplacement. « Il faut s’attendre à ce que la famille, dont John, mais aussi le père de Michaela, Mickey Harte, fasse le déplacement pour suivre le procès aux Assises. Ils veulent que justice soit faite, ils croient en la justice de notre pays. La famille de Michaela sera présente à Maurice pour le procès », a-t-il fait ressortir.
Pour leur part, Mes Teeluckdharry et Valayden, avocats des deux accusés, ont tous deux fait ressortir qu’ils ont hâte d’en découdre en cour d’Assises. « La défense attend les enquêteurs de la Major Crime Investigation Team aux Assises de pied ferme », a fait ressortir Me Teeluckdharry. De son côté, Me Valayden a souligné que ce procès, qui est d’ampleur internationale, sera sous la loupe de la presse britannique. « Nous allons défendre notre client du mieux de ses chances, et ses chances sont grandes », a fait ressortir l’ancien Attorney General.
Le 10 janvier, le corps sans vie de Michaela McAreavey avait été découvert dans la baignoire de sa chambre du Legends, le 1025, par son époux, accompagné d’un membre du personnel de l’hôtel. Dans le sillage de l’enquête policière menée par la MCIT, cinq suspects – tous employés au Legends – dont Avinash Treebhowon et Sandip Moonea, ont été arrêtés. Les deux accusés, qui ont fait l’objet d’une enquête préliminaire en cour de Mapou, ont été déférés aux Assises le 18 juillet par la magistrate Sheila Bonomally. Cette dernière a estimé qu’il y a un Prima Facie Case contre les accusés. Trois autres suspects, en l’occurence Raj Theekoye, Dassen Narayanen et Seenarain Mungoo, ont, pour leur part, connu des fortunes diverses.
Raj Theekoye, star witness de la poursuite lors de l’enquête préliminaire, a vu la charge d’entente délictueuse qui pesait contre lui être rayée, de même que Seenarain Mungoo. En ce qu’il s’agit de Dassen Narayanen, la charge provisoire de Conspiracy to commit murder qui avait été initialement logée contre lui a été modifiée en Conspiracy to commit larceny. Mais à la fin du mois dernier, Dassen Narayanen a été convoqué par la MCIT, qui l’a informé que son ADN avait été retrouvé dans la chambre 1025. Son avocate, Me Poonum Sookun, attend toujours une réponse du DPP quant à ce qu’il adviendra des poursuites contre son client.