Alors que le procès au civil qu’intentait la famille de l’Irlandaise Michaela Harte McAreavey à l’hôtel (Lux) Legends sera retiré, les regards se tourneront sur la deuxième enquête de la police visant à élucider ce crime impuni survenu le 10 janvier 2010 dans la chambre 1025 de l’ex-hôtel Legends, alors que le couple McAreavey venait passer leur lune de miel à Maurice.
La famille de l’Irlandaise Michaela Harte, qui avait intenté un procès en réclamations devant la Cour suprême contre l’ex-hôtel Legends, retirera sa plainte. Dans ce procès en réclamations qui devait débuter en février 2016, la famille Harte réclamait 1,3 million de livres sterling (Rs 65 millions) à l’ex-Legends. Selon elle, l’établissement a failli à son devoir en ne faisant pas de l’hôtel un « endroit sûr » afin d’assurer que ses clients y soient en sécurité, ce qui constituerait une faute de la part de cet hôtel 5 étoiles rebaptisé LUX* Grand-Gaube. Ils reprochaient également à l’établissement de « n’avoir pas coopéré dans l’enquête policière ». Cette décision fait suite à un accord à l’amiable avec l’hôtel. « C’est un out-of-court settlement qui a été trouvé entre les deux parties. Ce qui signifie que l’accord reste confidentiel. Nous ne pouvons en dire plus sur cet accord », a déclaré Me Nick Sui Wa, l’avocat de la famille, au Mauricien. Il soutient désormais que « la priorité est désormais l’affaire criminelle ». L’homme de loi ajoute : « Ma mission n’est pas terminée. Il va falloir que l’on mette tout en oeuvre pour que ce meurtre soit élucidé. » Il soutient toutefois qu’il y a encore beaucoup de chemin à faire. « Pour l’instant, il n’y a pas eu de grands développements dans cette affaire. Il semble que l’enquête piétine, pe freeze. Nous attendons toujours de pied ferme que la nouvelle enquête porte ses fruits afin de pouvoir aller de l’avant », indique-t-il.
Michaela Harte, jeune mariée qui venait passer sa lune de miel à Maurice avec son mari John McAreavey, a été agressée et a perdu la vie alors qu’elle se trouvait dans la chambre 1025 de l’ex-hôtel Legends. Selon son époux, elle y serait allée chercher des biscuits. L’enquête de la MCIT avait ainsi débouché sur l’arrestation de deux anciens employés de l’hôtel, Avinash Treebhoowoon et Sandip Moneea, qui avaient fait face à un procès devant les Assises avant d’être ensuite relaxés lors d’un verdict unanime des neuf jurés leur ayant accordé le bénéfice du doute.
Selon le Chief Police Medical Officer Dr Soodesh Kumar Gungadin, Michaela Harte avait été étranglée à mains nues dans sa chambre. Les agresseurs auraient tenté de dissimuler les preuves en plongeant le corps dans sa baignoire. Le médecin légiste avait soutenu que la mort de l’Irlandaise se situait entre 15 h 30 et 16 h. Après le retournement de situation aux Assises, la MCIT avait été évincée et l’enquête a été rouverte avec l’aide de la Central CID.