Cette lettre, qui serait selon nos informations, parmi la « dizaine » de lettres reçues par les enquêteurs depuis le début de cette affaire, a aussi été expédiée par son auteur à une station de radio privée vendredi. Cependant, tout en vérifiant minutieusement le contenu de ladite lettre, les enquêteurs prennent avec des pincettes certains éléments « incohérents » de celle-ci…
La lettre anonyme adressée à la police et à une chaine de radio privée est diversement interprétée aux Casernes centrales. Pour cause, l’auteur qui se présente comme un maçon, affirme avoir été témoin du viol et du meurtre de Nadine Dantier, qui s’est déroulé non loin de son domicile de l’avenue des Dauphins à Albion. D’ores et déjà, une premier question frappe l’esprit. Pourquoi donc ce « témoin oculaire » a-t-il attendu plus de huit ans à se manifester avec des « preuves tangibles » ? L’auteur de la lettre de dénonciations va encore plus loin, selon les recoupements de Week-End. Il affirme que les auteurs de ce crime crapuleux sont deux de ses chefs hiérarchiques, à savoir un dénommé Vikash, de teint clair et aux yeux gris, ainsi qu’un homme portant une barbe.
Ce jour-là, contrairement aux habitudes, les maçons auraient fini de travailler plus tôt et lui auraient proposé de le déposer chez lui en voiture. Cependant, ils se seraient arrêtés près de l’arrêt d’autobus se trouvant près de l’église de Notre-Dame de La Mer à Albion, dans le but de consommer de l’alcool. Ce faisant, leur attention aurait été attirée par une fille qui descendait d’un autobus. Cette fille ne serait nulle autre que Nadine Dantier. Les supérieurs de l’individu auraient alors pris la décision de la suivre. Et n’ont fini par déposer l’auteur présumé de la lettre anonyme chez lui que 45 minutes plus tard…
Poursuivant son récit, l’individu avoue que ce n’est que le lendemain – le 26 juin 2003, soit le jour de la découverte du corps sans vie de Nadine Dantier dans un terrain en friche d’Albion – qu’il a appris qu’un crime avait été commis à l’endroit où ils s’étaient arrêtés. L’individu insiste sur le fait qu’il n’avait pas d’autre choix que de garder secrètes toutes ces informations, puisqu’il avait l’intention de se rendre dans un autre pays, sans toutefois en préciser la destination, ainsi que pour sa propre sécurité.
Tout en passant au crible le contenu de cette lettre anonyme, les enquêteurs ne veulent pas, non plus, s’extasier pour le moment. « Ce n’est certainement pas la première fois que nous recevons une lettre anonyme relativement à l’affaire Dantier. Nous avons reçu au moins une dizaine de lettre anonymes depuis la découverte du corps, ainsi qu’une multitude d’appels téléphoniques. Tout ce que nous pouvons dire pour le moment, c’est que nous enquêtons sur différents aspects de cette lettre et qu’il y a certaines zones d’ombres et certaines incohérences dans le récit », a expliqué à Week-End une des sources policières proches du dossier.
Tout en ne voulant pas en dire davantage, notre source indique que les enquêteurs envisagent toutes les possibilités. « À ce stade, nous ne voulons pas nous avancer à dire quoi que ce soit qui compromettrait notre enquête, mais nous envisageons toutes les possibilités. Nous avons vu dans le passé comment les lettres anonymes pouvaient être utilisées à mauvais escient. Mais nous allons tirer tout cela au clair », a-t-on laissé entendre.
D’autre part, les enquêteurs attendent toujours avec impatience des résultats de nouvelles analyses ADN effectuées en marge de la même affaire. Selon nos renseignements, ces résultats, qui étaient attendus pour fin décembre 2011, seraient disponibles « au plus tôt fin janvier ou à la mi-février ». En attendant, près de neuf ans après, la famille Dantier garde toujours l’espoir que la lueur de la vérité finira par éclater au bout du noir tunnel du temps…