La deuxième enquête préliminaire de l’affaire Philippe Calou, devant le magistrat Sewpal, siégeant en Cour de Port-Louis, tire à sa fin. Au cours de l’audience de jeudi dernier, Antoine Chetty, qui a incriminé le notaire Vinay Deelchand et Veeren Mooraghen dans cette affaire, a dit ne pas connaître l’identité de celui qui l’avait accompagné pour agresser en janvier 2000 Philippe Calou, un laboureur habitant Le Bouchon.
Antoine Chetty répondait aux questions de Me Jacques Panglose, qui assure la défense de Vinay Deelchand et Veeren Mooraghen. Il s’agit en fait de la deuxième enquête préliminaire instituée par le DPP, après celle qui a débuté en 2009 en Cour de Mahébourg. Le DPP avait fait loger, le 28 mai de cette année-là, une motion de Discontinuation of Proceedings (DoP),
Quelques jours après, le DPP a logé un procès en Cour intermédiaire avec la même accusation que celle de l’enquête préliminaire, qui était Giving instructions to commit a crime, c’est-à-dire pour éliminer physiquement Philippe Calou. Toutefois, la démarche a nécessité une nouvelle motion de DoP, étant donné que l’on s’est rendu compte du fait qu’avec une pareille charge, l’on ne pouvait initier un procès directement en Cour intermédiaire et qu’il fallait impérativement passer par une enquête préliminaire, avant de décider si un accusé doit être poursuivi et si oui, devant quelles instances, d’autant plus que si la charge est maintenue, c’est en Cour d’assises que le ou les accusés doivent être poursuivis.
Lors de l’actuelle enquête préliminaire, Philippe Calou a relaté l’agression dont il a été victime. Il a rappelé avoir été frappé par deux personnes, dont il n’a pu voir le visage, étant donné qu’elles portaient des cagoules. Une version des faits qui contredit ce qu’a raconté Antoine Chetty.
En effet, ce dernier a déclaré que s’il est allé au Bouchon en compagnie de quelqu’un d’autre, il a frappé Calou seul, son acolyte étant resté en retrait du lieu exact de l’agression. Il a dit ne pas se souvenir où il est allé prendre cet ami, ni où il l’a déposé après avoir commis le forfait. Il sait seulement que cet homme a accepté de l’accompagner pour assurer sa (celle de Chetty) protection, mais il n’a pas été en mesure d’indiquer la somme d’argent que son ami avait demandé pour accomplir sa tâche.
Antoine Chetty a fait remarquer qu’il a préféré frapper Philippe Calou lui-même, parce que les instructions des deux accusés étaient d’éliminer cet homme physiquement. Il se souvient d’avoir infligé à Philippe Calou 19 coups de sabre. Comme on le sait, la victime avait été retrouvée inanimé sur l’asphalte après avoir été agressée.
Le contre-interrogatoire du témoin par Me Panglose reprendra le 28 juillet.