La magistrate Meenakshi Gayan-Jaulimsing, siégeant ce matin à la Bail and Remand Court (BRC), a accordé à Ziaad Wohedally la remise en liberté sous caution. Cela fait suite à une motion présentée et débattue hier.
Cette décision, de même que les conditions qui y sont attachées, s’applique également pour deux autres suspects qui étaient en détention dans le sillage des incidents à Quinze-Cantons lors du pèlerinage du Maha Shivaratree, a indiqué la magistrate. Ces deux détenus sont Massoonally Hosseny et Reza Lallmohamed.
En ce qui concerne Mahboobkhan Wohedally, la première motion qu’il avait présentée à la BRC avait été rejetée par la magistrate. Son conseil légal a référé sa demande à la Cour suprême, devant laquelle elle sera appelée lundi prochain.
La magistrate s’est dite satisfaite que les désordres pour lesquels ces personnes ont été arrêtées n’ont pas eu de suite au fil des jours, et, encore plus, qu’ils n’aient pas donné lieu à de la haine raciale. Toutefois, étant donné la gravité des accusations provisoires logées contre eux, elle leur impose des conditions sévères à être observées. Celles-ci sont deux cautions de Rs 50 000 chacune, dont l’une doit être payée cash, et se présenter quotidiennement au poste de police le plus proche de leur lieu de résidence, ce qui dans leur cas est celui de Vacoas, entre 6 h et 18 h.
Rappelons que les incidents ayant abouti à l’arrestation des suspects ont eu lieu le jeudi 16 février dernier. Dans la nuit de samedi 18 à dimanche 19, pas moins de six arrestations ont été effectuées à des fins d’interrogatoire. Trois des prévenus, Ullah Hosseny, Ziaad Wohedally et Reza Lallmohamed, ont été placés en garde à vue après leur comparution devant la Bail and Remand Court dans la journée de dimanche.
Deux des trois complices de dimanche sont passés aux aveux quant à leur participation aux incidents de jeudi soir dans la région de Vacoas et ont impliqué le constable Wohedally dans cette affaire. Ce groupe aurait endommagé des salles vertes pour les pèlerins se rendant au lac sacré et également des banderoles placées sur les routes à cette occasion. Des pèlerins ont également été intimidés par ces actes de violence dans la soirée de jeudi.