Dans le cadre de la motion de blâme déposée par Shakeel Mohamed, vendredi 2 juin, concernant le dédommagement de Rs 15 millions conclu entre le gouvernement et le Raj Dayal, Paul Bérenger a affirmé être d’accord avec cette motion. C’était lors de la conférence de presse ce samedi 2 juin à Hennessy Park Hôtel.

Cet épisode se résume à la plainte de Raj Dayal, le député MSM contre l’État dans le sillage de sa destitution au poste de Commissaire de Police. Paul Bérenger parle de faveur ex gratia tout en condamnant la position du chef du gouvernement dans toute cette affaire. « Nous condamnons ce cadeau du gouvernement au député Raj Dayal, nous condamnons Pravind Jugnauth et son gouvernement et en particulier Manesh Gobin en tant qu’Attorney General pour ce cadeau » a déclaré le leader des mauves.

Toujours dans le registre des dernières actualités, le cas de Shamila Sonah-Ory a aussi été abordé, le leader du parti MMM, remercie cette dernière de s’être retiré et prend cette affaire de manière très positive. Revenant sur l’amendement de la constitution en 2003, il explique l’importance du pouvoir du président, « en 2003 il y a eu cette volonté de dépolitiser le maximum cette question de commission électorale, c’est dans ce sens que ce point a été mis en place : pour qu’une personne qualifiée soit nommée, il faut qu’elle ne soit ni un conseiller municipal, ni candidat, ni député dans le seul but de dépolitiser ces élections ».