Acharya Vinobha (Preetish) Boodhun, 33 ans, beau-frère de Manisha Ramkhalawan – suspecté du meurtre du policier Ashvin Ramkhalawan à son domicile à Roche-Terre en mai dernier –, a obtenu sa remise en liberté conditionnelle ce matin à la Bail and Remand Court. L’homme a eu à verser une caution de Rs 35 000 et à signer une reconnaissance de dettes de Rs 150 000.
Technical Officer à la Central Water Authority, Acharya Vinobha (Preetish) Boodhun avait été interpellé après l’arrestation de sa belle-soeur Manisha Ramkhalawan. Mais tout au long de son interrogatoire, l’homme a nié toute implication dans la mort du policier Ashvin Ramkhalawan, qui était affecté au poste de Plaine-des-Papayes.
L’enquête avait démarré sous la responsabilité de la CID de Goodlands. Mais vu la tournure que prenait l’enquête, les policiers de la localité ont préféré passer le relais à la
Major Crime Investigation Team (MCIT).  
Il a été objecté à la remise en liberté conditionnelle du suspect. Soulignons en outre que la victime a reçu au moins trois coups de couteau, dont un en plein coeur.
En compagnie de son homme de loi, Me Erickson Mooneapillay, le suspect devait expliquer à la MCIT que le soir du meurtre, son épouse a reçu un coup de fil de sa soeur, indiquant que « Ashvin inn pike li mem ». Aussitôt, il se serait rendu au domicile du couple, à Roche-Terre, où le constable gisait sans vie sur le lit de sa chambre à coucher. « Mo ti anvi pran li ek amene li lopital », devait-il indiquer à la MCIT, tout en continuant de nier formellement toute implication dans l’affaire. En constatant qu’Ashvin Ramkhalawan avait déjà rendu l’âme, Preetish Boodhun devait ensuite téléphoner à son épouse pour lui faire comprendre que « Ashvin inn fini ». Dans sa version des faits, il ajoute s’être rendu peu après à son domicile, à Petit-Raffray, et ce afin de récupérer son épouse puis repartir chez le couple Ramkhalawan. Preetish et Rateesha Boodhun devaient alors faire un détour par L’Espérance pour confier la garde de leur enfant à un parent avant de se rendre à Roche-Terre.
L’épouse du suspect, Rateesha, qui avait été entendue le soir du meurtre, avait également été interrogée par la MCIT avant d’être par la suite autorisée à rentrer chez elle.
Mes Rama Valayden et Erickson Mooneapillay avaient présenté la motion de Boodhun devant la Bail & Remand Court.