Un volet de l’enquête sur le meurtre du policier Ashvin Ramkhalawan, 26 ans, victime d’un coup de couteau en plein coeur jeudi dernier, se joue en tribunal de Mapou depuis ce matin. La comparution pour la charge provisoire de l’épouse du constable, Manisha Ramkhalawan, a été principalement marquée par une motion des hommes de loi de cette dernière, Mes Teeluckdharry et Yuen Kook, en vue de dessaisir la Major Crime Investigation Team de l’enquête. Une demande faite après qu’ils ont, soutiennent-ils, été interdits de visiter leur cliente au Moka Detention Centre hier soir.
Toutefois la Senior District Magistrate Shefali Ganoo, siégeant en cour de Mapou, a fait comprendre qu’il n’était pas de son ressort de dessaisir les hommes de la Major Crime Investigation Team (MCIT) du surintendant Manaram de cette enquête. Dans ce fait, le court record avec la motion sera transmis au bureau du Directeur des Poursuites publiques.
La décision de Mes Sanjeev Teeluckdharry et Germain Wong Yuen Kook de présenter cette motion fait suite aux difficultés qu’ils auraient rencontrées hier après-midi. Ils devaient faire comprendre en Cour ce matin que la « private interview » d’environ 45 minutes avec leur cliente hier après-midi, dans les locaux de la MCIT, a été grandement perturbée avec « les enquêteurs entrant à plusieurs reprises dans la pièce ». Les hommes de loi devaient même parler de « droits bafoués » avec les responsables du Moka Detention Centre interdisant aux deux avocats de rendre visite à Manisha Ramkhalawan hier soir. Selon les allégations des deux avocats, c’est sur ordre du surintendant Manaram de la MCIT que l’accès leur a été refusé.
Cependant il a été convenu devant la magistrate que Mes Sanjeev Teeluckdharry et Germain Wong Yuen Kook obtiendront un « unrestricted access » à leur cliente. De plus, son interrogatoire se déroulera sous Video Recording et en présence de ses hommes de loi.
Toutefois à ce stade, aucune indication officielle n’est disponible quant à l’interrogatoire de la principale suspecte après sa « discharge » de l’asile hier où elle a été internée depuis jeudi dernier pour trouble psychologique. Dans ses premiers échanges avec ses hommes de loi et les limiers de la MCIT hier, elle a une fois de plus soutenu que son époux s’est suicidé dans la soirée de jeudi dernier à leur domicile à Roche-Terre, Goodlands.
Après sa comparution en Cour aujourd’hui pour une accusation provisoire de meurtre, Manisha Ramkhalawan devait se faire examiner par le Police Medical Officer. Après cette étape, elle sera reconduite au Moka Detention Centre. Les enquêteurs ont refusé sa remise en liberté pour trois raisons : pour sa propre sécurité, « risk of tampering with evidence » et « interference » avec les témoins. L’enquête se poursuit.