Le procès intenté à l’ex-Premier ministre Navin Ramgoolam, ainsi qu’aux ex-DCP Dev Jokhoo et Ravine Sooroojebally concernant les incidents survenus au bungalow de Roches-Noires dans la nuit du 2 au 3 juillet 2011, a repris aujourd’hui avec le Ruling des magistrats au sujet de la motion de la défense. Laquelle contestait que Rakesh Gooljaury soit appelé à ce stade du procès. La cour a rejeté la motion, statuant que la poursuite a la discrétion d’appeler les témoins dans l’ordre qu’elle souhaite, et que le témoignage de Rakesh Gooljaury à ce stade du procès ne va en aucune façon bafouer le droit des accusés à un procès équitable. L’audition de Rakesh Gooljaury aura lieu le 13 juillet.
« Since the prosecution is given the wide discretion to call witnesses then it has even wider discretion to choose the order in which those witnesses should be called so far that discretion is exercised judiciously to which this Court will make sure that they are observed », ont souligné les magistrats.
Les débats sur la motion de Me Gavin Glover, pour que Rakesh Gooljaury ne soit pas appelé comme témoin à ce stade du procès, ont eu lieu le 30 mars. Me Gavin Glover, SC, l’homme de loi de Navin Ramgoolam, avait demandé à la cour de juger s’il est logique d’appeler en premier Rakesh Gooljaury, avant que les versions des accusés soient présentées par les policiers ayant enregistré leurs dépositions. Me Gavin Glover avait souligné que les policiers ayant enregistré la déposition de Rakesh Gooljaury ainsi que celles des trois accusés n’ont pas encore été appelés. Dans ces conditions, il considérait que faire passer à la barre des témoins Rakesh Gooljaury ne serait « pas logique », ajoutant que ce dernier est un « self-confessed accomplice » dans l’affaire Roches-Noires. Me Glover avait ainsi soutenu qu’il est important d’observer que les agissements de la poursuite ne portent pas préjudice aux accusés pour le procès. La poursuite avait pour sa part argué qu’elle n’a pas agi « de mauvaise foi » en voulant appeler le témoin Gooljaury en premier.
Dans leur Ruling aujourd’hui, les magistrates Raj Seebaluck et Razia Jannoo-Jaunbocus ont tranché en faveur de la poursuite. Citant plusieurs procès similaires et la pratique dans d’autres juridictions, les magistrats ont fait ressortir que la poursuite a la liberté de choisir comment mener son procès et qui appeler comme témoin. Les magistrats ont soutenu que la cour peut intervenir uniquement dans des cas où il y aura une grosse injustice. « It is undisputed that Prosecution has a wide discretion on the issue of calling witnesses. Although, the statements of the accused parties are not yet before this Court, it is apposite to consider that the Court is already aware of the charge to which the accused parties have pleaded », dit le Ruling. Les magistrats ont aussi fait ressortir que c’est une pratique courante pour la poursuite d’appeler les autres témoins avant les formal witnesses. La Cour devait statuer que la poursuite a pris l’engagement que Rakesh Gooljaury serait appelé à déposer uniquement par rapport à ce qui est écrit dans ses dépositions et que la Cour veillera à ce que cela soit respecté. « Hence, in light of this principle the court will be eventually in possession of all the evidence at the close of the case. It will have the latitude to assess the evidence adduced including the exact complaint of witness 7 Doomeswarsing Gooljaury which has been put to the accused parties in their defence statements. Besides, the prosecution has given the undertaking that witness 7 Doomeswarsing Gooljaury will be brought in line with his statements if ever he is departing and the prosecution will act in all fairness », soulignent les magistrats. Ainsi Rakesh Gooljaury sera appelé comme le prochain témoin lors de l’audience qui a été fixée pour le 13 juillet,  soit la veille de l’anniversaire de Navin Ramgoolam. À sa sortie du tribunal, Me Glover s’est dit déçu du Ruling. « Le procès vient tout juste de commencer. Nous attendons de pied ferme les témoins de la poursuite. Nous sommes sereins quant à la finalité du procès », a-t-il déclaré.
Navin Ramgoolam et les deux coaccusés, l’ancien directeur général du National Security Service, le Deputy Commissioner of Police Dev Jokhoo, et l’ancien patron de la VIPSU, l’ex-DCP Ravine Sooroojebally, ont plaidé non coupable du délit de complot dans l’affaire Roches-Noires, où Navin Ramgoolam avait été agressé à coups de tournevis par un individu dans la nuit du 2 au 3 juillet 2011 en présence de Nandanee Soornack. Ils répondent d’une charge de « conspiracy to do an unlawful act, namely effecting public mischief in breach of Section 109 of the Criminal Code ». Navin Ramgoolam est défendu par Me Gavin Glover, SC, sir Hamid Moollan, SC, et Mes Shawkat Oozeer et Hisham Oozeer. Ravine Sooroojebally est défendu par Me Nargis Bundhun et Dev Jokhoo par Mes Mooloo Gujadhur, Kevin Luckeeram et Shyam Servansingh. La poursuite, elle, est représentée par Mes Mohana Naidoo, Keshri Soochit et Jean-Michel Ah Sen.