L’ex-Premier ministre Navin Ramgoolam a lors de sa première sortie publique depuis le début de l’année dénoncé ce qu’il a qualifié de « manipulation politique » du régime actuel. Il a rencontré la presse à l’issue d’une réunion du bureau politique de son parti en marge de l’enquête policière en cours sur l’affaire de vol dans son campement à Roches-Noires.
Navin Ramgoolam a expliqué qu’il était prêt à se rendre aux Casernes centrales aujourd’hui, mais que les enquêteurs ont téléphoné à 6 h 15 ce matin à son homme de loi Me Yousuf Mohamed pour l’informer qu’ils n’étaient pas prêts pour l’interroger.
Le leader du PTr était entouré des dirigeants de son parti, dont le président Patrick Assirvaden, la secrétaire générale Kalyanee Juggoo, Arvin Boolell, Deva Virahsawmy, Cader Sayed-Hossen et Nita Deerpalsing. Il a établi un parallèle avec l’arrestation de sir Gaëtan Duval sur la base d’un témoignage d’un récidiviste. Dans le cas présent, il a observé que Rakesh Gooljaury s’est rendu aux Casernes un dimanche loin des yeux des médias en compagnie d’un avocat qui a présenté sa candidature contre lui dans la circonscription Pamplemousses/Triolet, Sanjeev Teeluckdharry, pour contredire une version qu’il avait donnée antérieurement et qu’il avait maintenue jusqu’ici.
Pour lui, toute cette affaire relève d’un « plan machiavélique visant à l’éliminer de la scène politique et pour le discréditer ».
Il maintient qu’il n’est pas vrai de dire que sa montre de la marque Rolex avait été volée et que Ramdhony avait été arrêté pour le vol d’une autre montre.
Il a expliqué qu’il ne pouvait pas en dire plus parce qu’une enquête est en cours et qu’il en dira plus après.
Un petit groupe de fidèle s’était réuni devant les locaux du quartier général du PTr au square Guy Rozemont de matin pour venir aux nouvelles et saluer le leader du PTr qui a quitté les lieux vers 11 h 45.