En marge de l’enquête sur le détournement de Rs 80 millions à la Bramer Banking Corporation, les malheurs de l’assistant commissaire de police, l’ACP Anil Dip, se multiplient. En se présentant au QG du Central CID en présence de son conseil légal, Me Ivan Collendavelloo, Senior Counsel, il s’est vu mis en présence de deux nouvelles inculpations provisoires. Après à peine quelques minutes aux Casernes centrales, il a été conduit sous forte escorte policière au tribunal de Mahébourg pour les formalités.
Selon les recoupements d’informations effectués par Le Mauricien, les deux nouvelles accusations logées contre l’ACP Dip, actuellement interdit de ses fonctions au sein de la force policière, portent sur un complot (Conspiracy) dans l’affaire de détournement de Rs 80 millions à la Bramer Bank et une autre de « influencing police officers » dans l’exercice de leurs fonctions. Cette dernière charge a trait à ce qui s’est passé lors de l’arrestation de son fils il y a un peu plus d’un an de cela. Le Central CID l’accuse d’avoir tenté d’intervenir pour empêcher l’arrestation de son fils.
Lors de son arrestation, la semaine dernière, l’ACP DIP avait été accusé d’Aiding and Abetting in the Commissioning of a Crime en marge de l’affaire de détournement de fonds. Les enquêteurs de la police s’intéressent également au train de vie affiché par cet officier de police en vue de confirmer des signes extérieurs de richesse.
L’enquête policière se poursuit.