– Quatre leaders politiques invités à prendre la parole devant les victimes

– Commissions d’enquête sur l’affaire BAI et le Bramer Assets Management réclamées

Le Comité Soutien aux Victimes Groupe BAI/SCBG/BAM organisera un rassemblement dimanche au Rabita Hall, à Port-Louis, en vue de réunir toutes les victimes de l’affaire BAI. Le porte-parole du comité, Salim Muthy, explique qu’une invitation a été envoyée aux autres leaders des partis politiques, à savoir Pravind Jugnauth, Navin Ramgoolam, Paul Bérenger et Xavier-Luc Duval, pour participer à ce rassemblement. Ils auront chacun l’occasion de dévoiler leur stratégie pour venir en aide aux victimes de la BAI.

« Nous avons invité les leaders politiques afin qu’ils prennent la parole devant les victimes de l’affaire BAI. Il n’y aura pas de discussion. Nous voulons juste savoir ce qu’ils ont en tête pour venir en aide aux victimes. Nous comprenons toutefois qu’ils sont très pris par la campagne électorale, mais ils peuvent aussi envoyer un représentant. Nous avons entendu dire que Navin Ramgoolam a déclaré dans un congrès qu’il remboursera les victimes de l’affaire BAI. Nous voulons qu’il vienne le dire officiellement à ce rassemblement », déclare Salim Muthy. Et d’ajouter qu’il prendra note de l’absence d’un leader ou de son représentant.

Salim Muthy explique que les victimes de l’affaire BAI continueront à manifester et revendiquer leurs droits tant qu’ils n’obtiennent pas de satisfaction. « Le gouvernement avait pris l’engagement de rembourser les victimes en cinq tranches, notamment 20% jusqu’à 2020. Or, il n’a payé que 20% jusqu’ici. Nous nous sommes engagés dans une grève de la faim et le Premier ministre nous avait promis de se rendre en Inde pour chercher de l’argent afin de nous payer “at one go”. Mais, il est retourné sans argent. Finalement, le gouvernement n’a remboursé que les victimes qui avaient investi une petite somme d’argent », souligne le porte-parole du comité.

Salim Muthy explique de même qu’il reste 2 500 victimes qui n’ont pas été remboursées à 100% et qu’il y a 5 000 individus qui ont été remboursés en partie, soit à 30, 40, 50 et 60%. En ce qui concerne leurs revendications, les victimes maintiennent qu’elles doivent être remboursées la totalité de leur capital investi.

Le Comité Soutien aux Victimes Groupe BAI/SCBG/BAM réclame également la mise sur pied d’une Commission d’enquête sur l’affaire BAI, ainsi qu’une autre sur le Bramer Assets Management.