Le procès intenté au vice-Premier ministre Showkutally Soodhun, accusé d’avoir diffusé de fausses nouvelles dans l’affaire MedPoint, a débuté aujourd’hui avec le témoignage du leader de l’opposition Paul Bérenger et du Dr Zouberr Joomaye. Alors que le Dr Joomaye insiste sur le fait que sa conversation sur la clinique MedPoint avec le VPM Soodhun était privée mais que la police l’a forcé à la dévoiler, Paul Bérenger a quant à lui affirmé qu’il avait commenté l’affaire MedPoint dans des points de presse après avoir reçu des informations « qui provoqueraient des bouleversements ».
Le VPM et ministre du Logement et des Terres, Showkutally Soodhun, s’est présenté en Cour intermédiaire, devant les magistrats Razia Janno-Jaunboccus et Vijay Appadoo dans le cadre du procès intenté contre lui pour diffusion de fausses nouvelles dans l’affaire MedPoint. Le Dr Zouberr Joomaye, parlementaire du MMM, a été le premier témoin à être entendu dans ce procès. Ce dernier a indiqué qu’en 2011 il travaillait à la clinique Fortis Darné, à Floréal, et que c’est là qu’il avait eu une conversation avec le VPM Soodhun. Interrogé sur le contenu de la conversation, le Dr Joomaye devait indiquer qu’ils parlaient de tout et de rien et également de l’affaire MedPoint qui faisait grand bruit à ce moment-là. Showkutally Soodhun lui aurait ainsi indiqué dans leur conversation que Paul Bérenger faisait fausse route concernant ceux impliqués dans l’affaire MedPoint et que Pravind Jugnauth n’avait rien à faire avec la clinique MedPoint. Le Dr Joomaye avait ainsi jugé normal de faire part de cette conversation à son leader, Paul Bérenger.
Interrogé sur ce qui c’est passé après sa conversation avec Paul Bérenger, le Dr Joomaye a indiqué que le leader de l’opposition lui avait uniquement demandé de confirmer ce qu’il avait entendu. Il devait ajouter qu’il n’avait aucune raison de ne pas croire ce que Showkutally Soodhun lui avait dit. Dans un deuxième volet, interrogé principalement sur la manière dont ses interrogatoires du 26 et 27 septembre 2011 au CCID ont été faits, le Dr Joomaye a déclaré qu’il a été forcé à faire part de la conversation privée qu’il a eu avec Showkutally Soodhun le 24 juin 2011. Il devait déclarer que les enquêteurs étaient agressifs dans leurs questions et qu’il avait l’impression que les enquêteurs faisaient tout pour le discréditer. Il affirme qu’il avait été informé qu’il devait se rendre au CCID en tant que témoin dans cette affaire et non comme suspect ; ce qui n’a pas été le cas puisqu’il avait été interrogé under caution et arrêté par la police après avoir dévoilé à la police le contenu de sa conversation avec Showkutally Soodhun. La charge provisoire de complot logée contre le Dr Joomaye avait toutefois été rayée.
Le leader de l’opposition Paul Bérenger, appelé à la barre des témoins par la suite, a quant à lui affirmé avoir tenu deux points de presse, le 2 et 9 juillet 2011, dans lesquels il révélait qu’il avait obtenu des informations compromettantes sur ceux impliqués dans l’affaire MedPoint. « Si mo information confirmé, li pou provok boukou bouleversement », avait-il déclaré. Paul Bérenger a soutenu en Cour que c’est le Dr Joomaye qui lui avait donné ses informations et qu’il lui avait demandé de double-check pour en être sûr. M. Bérenger devait insister que le but principal était de savoir la vérité sur l’affaire MedPoint.
Après la fin des témoignages, la Cour a ajourné le procès au 5 août, date à laquelle l’ex-Premier ministre Navin Ramgoolam sera appelé à témoigner.
Pour rappel, le VPM Soodhun est poursuivi pour avoir diffusé de fausses nouvelles sous l’article 299 du Code pénal. Selon l’acte d’accusation, le président du MSM aurait, le 24 juin 2011 à la clinique Fortis Darné, Floréal, tenu de faux propos sur le Premier ministre au Dr Zouberr Joomaye. « Se Navin Ramgoolam ki finn intervenir dan ka MedPoint… », aurait dit Showkutally Soodhun. Il aurait ajouté que le Premier ministre avait rencontré le Dr Malhotra, directeur de la clinique MedPoint, et qu’il aurait ensuite appelé le Chief Government Valuer et directeur de Valuation and Real Estates and Consultancy Services. Selon les présumées allégations de Showkutally Soodhun, c’est à la suite de cet appel téléphonique que Yodhun Bissessur avait fait une nouvelle évaluation de la clinique.