Suite au rejet de la motion présentée par l’avocat du député Showkutally Soodhun, Me Gavin Glover, contestant l’admissibilité d’un clip et des photos remises à la police par deux photographes du groupe La Sentinelle, une vidéo de sept minutes montrant la manifestation des partisans du MSM devant les locaux de l’Express a été diffusée en Cour jeudi devant les magistrates Niroshini Ramsoondur et Wendy Rangan.
L’enquêteur principal de cette affaire, le PS Nutchetram, a également été appelé à produire les photos de cet incident. Lors du contre-interrogatoire, Me Gavin Glover l’a confronté au fait que personne du groupe La Sentinelle n’avait enregistré une déposition contre les accusés.
Le député du MSM Showkutally Soodhun, l’ancien maire de Quatre-Bornes Maheswarsing Khemloliva et Beejaye Soomye sont poursuivis pour « taking part in a gathering without notice to the Commissioner of Police » en violation des dispositions de la Public Gathering Act. L’homme de loi du député Showkutally Soodhun avait présenté une motion de « voir dire » devant la Cour intermédiaire, contestant l’admissibilité des photos remises à la police par deux photographes du groupe de presse La Sentinelle Ltd. Le ruling a été rendu le 13 septembre dernier et la motion fut rejetée. Showkutally Soodhun, l’ancien maire de Quatre-Bornes Maheswarsing Khemloliva et Beejaye Soomye sont poursuivis pour « taking part in a gathering without notice to the Commissioner of Police » en violation des dispositions de la Public Gathering Act. Le délit présumé remonte au 2 mai 2009. Le procès est entendu par les magistrates Niroshini Ramsoondur et Wendy Rangan.
Le principal Enquiring Officer, le PS Nutchetram, a été appelé à produire la vidéo et un album contenant 92 photos hier en Cour. Le clip en question, d’une durée de sept minutes, montre les partisans du MSM manifestant devant les locaux de Radio One à la rue St Georges à Port-Louis. L’enquêteur a identifié le député Showkutally Soodhun comme celui qui s’adressait ce jour-là à la foule et dans les photos, il a identifié les deux autres accusés comme ceux qui tenaient dans leur mains une pancarte et un journal l’Express en feu. Le PS Nutchetram a expliqué que c’est après visionné le clip et vu les photos qu’il a procédé à l’arrestation de Showkutally Soodhun, Maheswarsing Khemloliva et Beejaye Soomye. Lors de l’interrogatoire, il a expliqué que ces pièces à conviction avaient été placées en sécurité. Le 15 juillet 2010, elles ont été transférées au National Security Service pour l’exercice de transcription. Il a aussi expliqué qu’au cours de l’enquête, les accusés étaient tombés d’accord pour un exercice d’identification face à face mais compte tenu du fait que les témoins souhaitaient avoir une screen identification pour ne pas être confrontés aux accusés, la police n’a pas procédé à cet exercice. Lors du contre-interrogatoire mené par Me Glover, le PS Nutchetram a indiqué qu’il connaissait Showkutally Soodhun avant cet incident car celui-ci était ministre dans le passé et que Maheswarsing Khemloliva était lui aussi une figure connue car il a été maire. La défense a par ailleurs demandé au témoin si la vidéo qui avait été diffusée en cour jeudi est la même que celle le témoin de cet incident avait remise à la police. Il devait dire que c’est une copie, l’original étant en possession de l’auteur du clip. Me Glover l’a confronté au fait que le clip est resté pendant quelques jours avec le NSS et qu’il n’était pas présent à ce moment-là pour voir ce qui se passait. « It is the exact copy that I gave to the NSS », a répondu le PS Nutchetram.
Me Gavin Glover a également demandé au témoin d’identifier la signature de celui qui avait rapporté l’incident à la police. Il ressort que c’est un policier qui était mandé sur les lieux de la manifestation qui avait rapporté le cas. Lors du contre-interrogatoire, Me Gavin Glover l’a confronté au fait que personne du groupe La Sentinelle n’avait enregistré une déposition contre les accusés. « I put it to you that no one from l’Express or La Sentinelle gave any declaration or made any complaint on that day », a soutenu l’avocat. L’affaire reprendra le 27 mars.