Le juge Benjamin Marie Joseph, siégeant en Cour d’Assises, a accédé ce matin au “Variation order” déposé par Bernard Maigrot afin qu’il puisse voyager du 14 au 24 mars. La Cour a accepté sa demande à condition qu’il soit de retour au plus tard le 24 mars. Bernard Maigrot est accusé du meurtre de la styliste Vanessa Lagesse.
Le suspect Bernard Maigrot, qui est accusé du meurtre de Vanessa Lagesse, a comparu ce matin devant le juge Benjamin Marie-Joseph, qui présidait la Cour d’assises. Son homme de loi, Me Ivan Collendavelloo, avait demandé que son client puisse faire un voyage d’affaires du 14 au 24 mars. Bernard Maigrot se rendra en Indonésie, en Malaisie et à Singapour. La poursuite n’ayant démontré aucune objection, le juge Benjamin a accepté la requête. Néanmoins, Bernard Maigrot devra être de retour au plus tard le 24 mars. En prononçant la décision de la Cour, le juge a toutefois attiré l’attention sur le fait que, dorénavant, ce genre de demande devra être logée davantage en avance afin de donner à la Cour du temps pour l’étudier. Le magistrat a fait comprendre que le fait que la poursuite n’objecte pas au départ d’un accusé ne signifie pas nécessairement que la Cour sera forcément d’accord. « The court needs time to look into the reasons provided and there are many things to consider such as urgency, need and genuiness of the application for a proper monitoring », a souligné le juge Benjamin Marie Joseph. Par ailleurs, Bernard Maigrot devra se présenter de nouveau en cour le 26 mars. Lors de la dernière séance, la défense avait demandé que toutes les informations complémentaires concernant les “expert evidences” lui soient fournies. Me Collendavelloo a ainsi demandé plus de temps pour voir « where matters stand ».
Rappelons que c’est le 10 mars 2001 que Vanessa Lagesse a été retrouvée morte dans la baignoire de son bungalow, à Grand-Baie. Bernard Maigrot avait par la suite été appréhendé par la Central Investigation Division (CID) de Curepipe, alors dirigée par l’ancien surintendant de police Prem Raddhoa. Après son arrestation, le suspect avait été incarcéré au poste de police de Midlands avant de retrouver la liberté provisoire le 6 juillet 2001. Le magistrat Azam Neerooa avait déféré Bernard Maigrot aux Assises à la suite d’une enquête préliminaire, qui s’était déroulée en Cour de Mapou. Mais le 2 juin 2008, le DPP d’alors, Me Gérard Angoh, avait accordé un non-lieu à l’accusé. Toutefois, le 23 mai 2011, Bernard Maigrot était à nouveau arrêté, le bureau du DPP ayant décidé de rouvrir l’enquête. Il a par la suite été relâché sous caution. La décision du DPP était motivée par la réception de nouveaux rapports scientifiques. Les autorités avaient en effet confié à des laboratoires étrangers certaines données dont elles disposaient depuis l’enquête menée par la police au début de l’affaire.