Le procès intenté à Bernard Maigrot, accusé du meurtre de la styliste Vanessa Lagesse, a repris devant les Assises ce matin. L’avocat du prévenu, Me Ivan Collendavelloo, a adressé en cour une lettre à la poursuite demandant à ce que des informations complémentaires concernant les “expert evidences” lui soient fournies, ceci afin de mieux préparer la défense. Me Rashid Ahmine, représentant la poursuite, a demandé plus de temps pour étudier la requête de la défense.
En cour ce matin, Me Ivan Collendavelloo a remis une lettre au représentant de la poursuite lui demandant formellement que les informations complémentaires concernant les “expert evidences” des rapports scientifiques lui soient communiquées. Me Rashid Ahmine a répondu que puisque ce n’est qu’aujourd’hui qu’il a pris connaissance de la demande de la défense, il lui faudra du temps pour l’étudier. Le juge Benjamin Joseph a alors ajourné le procès au 21 février pour donner plus de temps à la poursuite d’étudier la requête de la défense.
Pour rappel, Bernard Maigrot est accusé d’homicide sur la personne de Vanessa Lagesse, retrouvée morte dans sa baignoire dans son bungalow à Grand-Baie, le 10 mars 2001. Bernard Maigrot avait par la suite été appréhendé par la Central Investigation Division (CID) de Curepipe.
L’affaire avait une première fois été déférée aux Assises le 28 novembre 2001, à la suite d’une enquête préliminaire qui s’était déroulée en cour de Mapou. Cependant, le 2 juin 2008, le DPP d’alors, Me Gérard Angoh, avait accordé un non-lieu à l’accusé. Le 23 mai 2011, Bernard Maigrot a de nouveau été arrêté après que le bureau du DPP eut décidé de rouvrir l’enquête. Une décision motivée par le fait que le bureau du DPP avait obtenu de nouveaux rapports scientifiques provenant de l’étranger. Les autorités compétentes locales avaient ainsi confié à des laboratoires étrangers certaines données dont elles disposaient depuis l’enquête menée par la police au début de l’affaire.