Florent Jeannot, qui affirme avoir été agressé physiquement par l’Attorney General Yatin Varma et un membre de la famille de ce dernier après un accident de la route le samedi 4 mai à Sodnac, est attendu au QG du Central CID cet après-midi. C’est ce que Le Mauricien a appris de sources autorisées dans la matinée. Il devra être entendu formellement par les enquêteurs sur cette agression impliquant directement un ministre du gouvernement.
Cette audition au sujet de cette agression pourrait prendre une nouvelle tournure avec les révélations de tentatives de médiation menées par d’importantes personnalités en vue de convaincre Florent Jeannot de se rétracter au sujet de ces incidents contre le paiement d’une importante somme d’argent. Le montant proposé à différentes étapes varierait entre Rs 1,5 million et Rs 2 millions pour « acheter le silence sur ce cas d’agression ».
Les informations en possession du Mauricien indiquent que l’une des dernières tentatives aurait été menée pas plus tard que vendredi dernier. Deux membres du gouvernement auraient débarqué au domicile de la victime « en vue de lui faire comprendre certaines choses ».
Depuis le début de cette affaire, tandis que Yatin Varma niait les accusations formulées contre lui, les tentatives de négociations avec la famille Jeannot n’auraient jamais cessé. Des informations à l’effet que des membres du gouvernement et des proches du pouvoir auraient pris contact avec les Jeannot circulent depuis quelque temps. Il s’agirait d’un backbencher, d’un Private Parliamentarty Secretary et du directeur d’un corps parapublic avec des connexions politiques à haut niveau.
Ces intermédiaires auraient approché Florent Jeannot et les siens pour tenter de les convaincre de se rétracter. Différents types d’arguments auraient été mis de l’avant. La question d’une compensation financière aurait plusieurs fois été discutée. On parlerait de Rs 1,5 M à Rs 2 M. Dans l’espoir d’un arrangement, une demi-douzaine de rencontres aurait eu lieu chez les Jeannot, dans des écuries de chevaux participant aux courses organisées par le Mauritius Turf Club (MTC) et dans l’enceinte du port, entre autres.
Selon nos renseignements, Florent Jeannot et ses proches auraient accepté d’écouter ce qu’avait à leur dire l’autre partie. Les choses n’auraient toutefois pas avancé dans le sens espéré dans  le camp l’Attorney General parce que les Jeannot auraient exprimé le souhait que les éventuels arrangements soient faits dans la transparence et en toute légalité. Ce qui reviendrait alors pour les parties concernées à reconnaître publiquement leurs responsabilités respectives dans cette affaire.