Un peu plus d’un mois après les événements du 4 mai l’affaire Varma n’est pas prête de quitter les feux  de l’actualité. Après la convocation reçue par Florent Jeannot du CCID la semaine dernière et la déposition du père de l’Attorney General aux Casernes Centrales, d’autres rebondissements pourraient intervenir cette semaine. Il est notamment probable que les détails touchant aux négociations et pressions faites vis-à-vis de la famille refassent surface.
Déjà, il s’agira de savoir à quel moment Florent Jeannot se rendra aux Casernes. Il est attendu dans les locaux de CCID pour être interrogé sur l’affaire de complot allégué dont s’est plaint Yatin Varma. En effet, accusé d’agression par le jeune chauffeur, le ministre n’a non seulement nié les accusations mais a choisi d’aller voir la police pour dire qu’il était victime d’un complot. D’où cette autre enquête qui a été ouverte dans le sillage de l’accident de Sodnac.
Si certains milieux s’interrogent sur la démarche de Yatin Varma, désespérée et farfelue, la manière dont s’oriente l’enquêtent risque fort de pousser les proches de Florent Jeannot  à riposter. Dès le départ, on se souviendra que ces derniers avaient parlé de tentatives de négociation et de pressions pour étouffer l’affaire. Il est désormais fort probable que les détails soient communiqués pour apporter plus de lumière quant à la manière dont les choses se sont déroulées entretemps. Et s’ils parviennent à établir qu’il y a eu négociation, cela sera en contradiction avec les allégations de complot.
Dans l’entourage de la famille Jeannot, l’appel reçu par l’étudiant du CCID, jeudi, a provoqué une profonde consternation. Initialement l’officier qui lui avait parlé avait demandé à Florent Jeannot de se présenter aux Casernes le même jour dans le cadre de l’enquête ouverte sur les circonstances de l’accident qui avait impliqué la voiture qu’il conduisait et celle de l’Attorney General. Que le CCID s’intéresse à une affaire d’accident de la route avait fortement intrigué. Il avait fallu l’intervention de l’avocate du jeune homme pour que les enquêteurs précisent la vraie nature de la convocation.
Pour d’aucuns, il reste surprenant que l’enquête sur le complot allégué prenne une tournure aussi importante tandis qu’une grande discrétion entoure celle ouverte depuis le 4 mai après l’agression alléguée de Florent Jeannot. Six témoins oculaires soutenant la version du jeune conducteur, deux rapports médicaux, dont un précisant que le jeune homme a reçu des coups et blessures, mais les choses semblent peiner à avancer. On se souviendra que le ministre Varma avait donné sa version des faits à la police plus d’une semaine après la plainte logée contre lui à poste de police de Sodnac, soit non loin de sa résidence.
Pour rappel aussi, l’un des principaux témoins, Ravi Seenundun, a porté plainte à la police après avoir reçus deux visites suspectes à quelques jours d’intervalle. La deuxième fois quelques-uns de ses voisins avaient vu deux hommes prendre la fuite de la cour de Ravi Seenundun après que ce dernier ait donné l’alerte. Ce soir là, un des inconnus venus le trouver était armé d’un gourdin et le témoin avait lié ces visites à l’affaire dans laquelle il a décidé de témoigner. Là non plus, malgré le fait que Ravi Seenundun ait dit se sentir en danger, il n’a toujours reçu aucune indication fiable de la police.
Tous ces éléments  poussent désormais l’entourage de Florent Jeannot à avoir encore plus d’inquiétudes face à cette affaire qui était, dès le départ, particulièrement sensible pour le gouvernement. En accord avec son avocate, Florent Jeannot pourrait se décider à se rendre aux Casernes Centrales en début de semaine. Il a cependant déjà fait entendre qu’il n’a rien à dire quant aux allégations de complot dont s’est plaint le ministre Varma. Une telle accusation pourrait laisser supposer que l’accident du 4 mai avait été programmé ou que les témoins, qui n’ont aucun lien avec Florent Jeannot, seraient de mèche. Chose que réfutent fortement les concernés qui se montrent de plus en plus indignés.