L’interrogatoire de Yesudas Veeranah, accusé d’avoir assassiné son épouse Nisha Veeranah le 5 novembre 2005, a repris ce matin. Questionné sur le déroulement de son enquête depuis son arrestation le 16 novembre 2005, Yesudas Veeranah devait dire qu’il a été  « torturé par les officiers de la MCIT », en vue de la faire avouer le crime de son épouse. « Seki mo finn pase li pa fasil, zot ti pe tortir mwa e ziska zordi mo touzour pe bizin pran medsinn antidepreser », a-t-il déclaré.
L’accusé a déclaré ce matin que depuis le moment de son arrestation le 16 novembre 2005, les officiers de la MCIT l’aurait brutalisé afin de le forcer à avouer le crime de son épouse. Yesudas Veeranah a expliqué que tout au long de l’enquête menée par la MCIT, il s’est senti séquestré car les officiers l’auraient constamment donné des coups et frappé. « Se pa imin seki zot ti pe fer, a sak fwa zot ti pe bate, zot ti pe zour mwa ek zot ti pe menas mwa ki si mo pa fer seki zot dir, zot pou montre mwa ankor plis. » L’accusé devait aussi affirmer que durant plusieurs jours, il n’avait rien eu à manger et à boire et qu’il serait resté pendant plusieurs heures dans le bureau du MCIT dans le cadre de l’enquête. « Tou lezour ti pe gayn bate, ti vinn insiportab », a-t-il dit.
Interrogé par Me Ashley Hurrangee sur le rôle joué par son homme de loi lorsqu’il lui avait informé qu’il se faisait frappé, l’accusé a répondu qu’à chaque fois qu’il rencontrait son avocat, il lui faisait part du mauvais traitement qu’il subissait de la part des officiers de la MCIT mais ce dernier lui disait de ne pas porter plainte afin de faciliter les procédures pour sa remise en liberté conditionnelle. « Mo ti pe zwenn mo avoka zis pou 5 minit apre li ti pe al manze bwar ek bann MCIT. Tou kou li dir moi pa rod lager ar bannla, pou bizin zot pou gayn bail », a-t-il raconté.
Yesudas Veeranah a aussi indiqué à la Cour qu’il avait en effet par la suite obtenu la liberté conditionnelle sans difficulté après que son homme de loi lui aurait demandé de payer Rs 150 000. Après le bail, Yesudas Veeranah avait décidé de ne plus avoir recours aux services de l’avocat en question.
Revenant sur les dépositions qu’il avait données à la police et sur l’exercice de reconstitutions des faits, l’accusé a une fois de plus évoqué la brutalité policière. Selon ses dires, après l’exhumation du corps de son épouse au cimetière St-Martin, la MCIT lui aurait demandé de donner une version qui correspondrait au rapport d’autopsie. « Bann lapolis ti pe dir mwa “dokter inn dir to fam inn mor ek konpresion likou, to bizin dir ki tonn pran so shal tonn ser so likou” », a-t-il soutenu. Il aurait été forcé, dit-il, à dire des choses qui n’étaient pas vraies à force d’être battu, insulté et menacé par les enquêteurs de la MCIT. « Pandan tou sa zour-la mo finn res san manze, san repo e mo finn gayn bate. Ariv enn ler ti insiportab, kouma dir mo ti pou perdi lavi si sa ti kontinie. Ziska zordi mo ena enn fobi. » L’accusé a expliqué que depuis ce qui s’est passé en 2005, il a dû suivre un traitement car il se sentait angoissé et avait peur. Jusqu’à présent, dit-il, il est toujours sous antidépresseurs.