Le procès intenté à Yesudas Veeranah s’est poursuivi hier avec l’audition des témoins de la poursuite et la présentation des pièces à conviction. L’enquêteur principal de cette affaire, l’inspecteur Jokhoo de la Major Crime Investigation Team, a indiqué à la Cour qu’il avait enregistré quatre dépositions de l’accusé, arrêté pour l’assassinat de sa femme le 5 novembre 2005.
L’inspecteur de police Jokhoo a déclaré que lors de l’arrestation de Yesudas Veeranah le 23 novembre 2005, on lui avait expliqué ses droits constitutionnels de garder le silence et se faire représenter par un avocat. Toutefois, l’accusé a volontairement décidé de raconter ce qui s’était passé ce jour-là et de montrer par la suite les différents endroits où il s’était rendu.
Dans sa première déposition, Yesudas Veeranah a soutenu qu’il était en cinquième année de médecine et s’apprêtait à commencer son internat. Il a déclaré qu’il ne souffrait d’aucun trouble mental et qu’il ne suivait aucun traitement.
C’est quelques mois seulement après avoir fait la connaissance Nisha, que Yesudas Veeranah et cette dernière ont décidé de se marier. Mais les parents du jeune homme se sont opposés à cette union, souhaitant que leur fils termine ses études d’abord. Yesudas Veeranah s’est quand même marié et a rompu tout contact avec ses parents.
Dans sa déposition, il raconte qu’il y avait des tensions dans son couple et le fait que Nisha Veeranah avait perdu son emploi, n’arrangeait pas les choses. Le couple se disputait souvent car, selon l’accusé, Nisha Veeranah était possessive et n’appréciait pas qu’il parle à d’autres filles. Ces disputes devenaient souvent violentes. La victime avait même porté plainte contre son mari et demandé un Protection Order en cour de Mapou. Yesudas Veeranah avait indiqué dans sa première déposition que le jour fatidique après une dispute qu’il avait eue la veille, il voulait se réconcilier avec son épouse et lui avait demandé de l’accompagner en voiture. Ils se seraient arrêtés à un supermarché à Flacq pour acheter des biscuits avant de prendre la route en direction de Plaine-des-Roches. Mais la dispute aurait repris dans la voiture. Dans un moment de colère, Nisha Veeranah aurait dénigré Yesudas en lui disant qu’il n’était pas comme les autres hommes qu’elle avait connus. Dans sa déposition, Yesudas Veeranah a indiqué avoir été blessé dans son orgueil par ces propos. La situation devait dégénérer quand il a insisté pour que sa femme lui dise le nom des autres hommes qu’elle a fréquentés avant lui.
Dans sa deuxième déposition, Yesudas Veeranah est toutefois revenu sur ses propos et a indiqué à la police qu’au moment où il a demandé à sa femme de dire le nom des hommes qu’elle a connus, il l’aurait agrippée par les cheveux et a ensuite maintenu sa tête sous sa jambe. Il n’aurait pas lâché prise tout en insistant qu’elle lui réponde. Et ce n’est qu’après un moment qu’il a réalisé qu’elle ne bougeait plus. Dans sa déposition, il a soutenu avoir essayé de la réanimer. Il devait constater qu’elle était décédée alors qu’il la conduisait à l’hôpital de Flacq. Pris de panique, il a alors décidé de cacher le cadavre. L’accusé se serait rendu immédiatement chez un ami pour lui parler de ce drame. C’est ce dernier qui lui aurait conseillé d’enterrer le corps dans une tombe au cimetière St-Martin. Il avait sollicité l’aide de sa tante qui l’avait accompagné au cimetière pour enterrer le corps de son épouse.
Dans sa déposition, il avait fait part de ses regrets quant à ce qui s’était passé. « Mo ti kontan mo fam ek mo pa ti le li mor. »