Ravi Seenundun craint de plus en plus pour sa sécurité et soutient qu’il devrait y avoir un lien entre des visites suspectes qu’il a reçues et sa plainte où il dit avoir vu l’Attorney General, Yatin Varma, agresser Florent Jeannot le 4 mai peu après un accident de la route. Hier soir, deux hommes menaçants, dont l’un armé d’un gourdin, sont venus le trouver chez lui. Une semaine plus tôt, il avait déjà logé une première plainte pour menaces contre sa personne.
L’incident d’hier, qui s’est déroulé dans la cour de Ravi Seenundun, a créé une certaine pagaille dans son voisinage immédiat. Alertés vers 21 h par les cris du premier témoin dans l’affaire Varma, plusieurs de ses voisins sont aussitôt sortis de leurs domiciles. Ils ont vu déguerpir deux hommes qui vraisemblablement en voulaient à Ravi Seenundun. L’incident a vivement inquiété ceux présents, et considérant qu’il était menacé, le témoin a donné une déposition à la police tard dans la soirée. C’est la deuxième fois qu’il entreprend une telle démarche. Il y a un peu plus d’une semaine, il avait dit à la police se sentir menacé après avoir reçu une première visite suspecte.
Selon Ravin Seenundun, il est évident que les deux hommes d’hier avaient des intentions malveillantes à son égard. D’ailleurs l’un d’eux était muni d’un gourdin. « L’un avait une cicatrice au visage, l’autre portait un manteau et tenait un bout de bois. Ils sont entrés dans ma cour et m’ont réclamé auprès de ma tante qui habite le rez-de-chaussée. Quand elle est montée m’avertir, je voyais qu’elle avait peur. J’ai regardé par la fenêtre et quand j’ai vu qu’ils avaient une allure suspecte j’ai crié, mes voisins sont sortis et les deux hommes se sont enfuis ».
Au début de la semaine dernière, c’est dans le snack d’un de ses proches, qu’il fréquente régulièrement dans un autre quartier de Quatre-Bornes, que deux hommes suspects avaient cherché après lui. L’allure de ces deux inconnus et leur insistance à poser des questions sur lui avaient alerté son entourage. Se sentant menacé, il s’était alors rendu à la police. « Après cette première déposition, je n’ai rien entendu de plus de la police », a-t-il déclaré au Mauricien, ce matin.
Premier témoin à avoir soutenu la version de Florent Jeannot, qui accuse l’Attorney General d’agression, Ravi Seenundun estime qu’il y a un lien entre ces visites suspectes qu’il a reçues et l’affaire Varma. « J’habite ici depuis 35 ans, je n’avais jamais eu de telles visites auparavant ». Par ailleurs, ce témoin avait aussi déclaré avoir été menacé par l’Attorney General le samedi 4 mai, le jour où  la voiture de ce dernier avait été percutée par celle de Florent Jeannot. Habitant la région, Ravi Seenundun dit qu’il était intervenu pour séparer les deux hommes pendant que l’étudiant se faisait insulter et agresser. Pour rappel, jusqu’ici le ministre Varma a rejeté ces allégations.
Considérant qu’il y a des tentatives d’intimidation contre lui, Ravi Seenundun persiste que malgré tout il ne va pas reculer. « Je vais aller de l’avant même si cette histoire me met mal à l’aise. Je n’ai pas forcément peur, mais ma famille est inquiète. Après l’incident d’hier, les miens n’ont pas bien dormi, ils sont inquiets ».