Les conseils légaux d’ISKCON et de McDonald’s ont déposé hier des affidavits après une visite des lieux du juge Prithviraj Fekna mercredi à Phoenix. L’affaire a été ajournée au mercredi 13 mars.
Le juge Prithviraj Fekna s’est déplacé mercredi sur les lieux du litige à Phoenix dans l’affaire opposant l’International Society for Krishna Conciousness (ISKCON) et Ascencia Ltd et Chicago Restaurant Ltd opérant le fast-food McDonald’s comme annoncé dans notre édition d’hier. Les deux parties, représentées par leurs hommes de loi, se sont présentées hier devant le juge en chambre afin de déposer leurs affidavits.
Cette affaire remonte en février 2011 à l’ouverture du McDonald’s se trouvant au centre commercial de Jumbo Phoenix. ISKCON avait demandé une injonction de la Cour suprême disant qu’elle avait pour projet de faire un « temple complex » dans le bâtiment du demandeur.
Quelque 210 mètres séparent ISKCON et de McDonald’s. Depuis son ouverture, le restaurant n’a pu vendre du boeuf que pendant les quelques jours qui ont précédé la décision du juge Bushan Domah de rayer l’affaire le mois dernier et la demande d’ISKCON de réinitier la demande.
Dans le dernier affidavit soumis par l’avoué Me Jaykar Gujadhur avant la site visit du juge, McDonald’s a affirmé que l’interdiction de vendre du boeuf lui a été préjudiciable car cela représente entre 30 % et 35 % de son chiffre d’affaires et un manque à gagner a été d’environ Rs 2, 5 millions. Il a également soutenu que son restaurant à Phoenix est équipé de tous les équipements pour neutraliser les odeurs qui pourraient émaner de la cuisine. Et de préciser qu’il ne s’agit pas d’abattage de bovins.
ISKCON est représenté par Mes Rama Valayden et Kaviraj Bokhoree (avoué) alors que Ascencia Ltd et Chicago Restaurant Ltd ont retenu les services du Senior Counsel Me Maxime Sauzier et de Me Jaykar Gujadhur (avoué). Les co-défendeurs dans cette affaire sont la municipalité de Vacoas/Phoenix ainsi que les ministères de la Santé, du Logement et de l’Environnement.