Cette journée accueillait la dernière épreuve classique de la saison, dotée de The Afrasia Duke Of York Cup, qui s’annonçait déterminante dans la course au titre d’écurie championne entre Gujadhur et Rousset, qui présentaient des coursiers de choix pour défendre leurs couleurs. C’est finalement Ricky Maingard qui mit tout le monde d’accord grâce à One Cool Dude, qui étala sa classe sous la monte de Rye Joorawon, dont c’était la deuxième victoire de la journée. L’autre grand bonhomme de ce rendez-vous se nomme Raj Ramdin, qui s’est offert un triplé, synonyme de sa qualification pour le renouvellement de sa licence la saison prochaine. Ses trois vainqueurs, Port Albert, Shield Of Thunder et Tembot étaient pilotés par Dinesh Sooful. Gilbert Rousset et Derreck David ne furent pas en reste avec un doublé signé New Star et Blue Berry, suffisants avec les accessits d’Everest et Albert Mooney dans la classique pour prendre la tête du classement avec un total de gains s’élevant à Rs 11 499 500, soit Rs 107 000 de plus que Gujadhur. Darryl Holland s’est tiré d’affaires sur Hot Rocket, tandis que Noel Callow, est rentré bredouille pour son retour chez Gujadhur.
Ramapatee Gujadhur était en quête d’exploit après avoir enlevé les trois premiers classiques du calendrier. Il était représenté à l’occasion par Bulsara, vainqueur de la Duchesse en 2014 et de la Barbé cette année, et Kremlin Captain, qui restait sur huit victoires consécutives. Un éventuel succès vaudrait son pesant d’or pour cet entraîneur, car les gains allant au vainqueur s’élevaient à Rs 720 000. De quoi se mettre à l’abri d’un retour de son principal challenger à quatre journées régulières de la fin de la saison. L’enjeu était également de taille pour Gilbert Rousset, qui avait aligné Everest et Albert Mooney, deux récents vainqueurs. Ricky Maingard ne partait pas la fleur au fusil non plus. Si Tales Of Bravery n’avait visiblement pas atteint son meilleur niveau, il pouvait compter sur One Cool Dude, acquis pour les classiques pour remplacer Tales Of Bravery dont la carrière était hypothéquée à un certain moment, une chance réelle sur le parcours du jour après un essai peu concluant dans le Ruban Bleu sur 2400m. En revanche, les chances de Patrick Merven n’étaient pas évidentes face à ses adversaires du jour. Love Struck étant probablement un cran en-dessous des meilleurs du champ, tandis que les 1600m parraissaient un peu longs pour Liquid Motion dont la dernière victoire commence à dater.
Albert Mooney avait une belle carte à jouer, car étant le seul réel front runner du lot, il pouvait se montrer très accrocheur si son cavalier parvenait à bien doser ses efforts en dépit du fait que les 1600m ne constituaient pas son parcours de prédilection. Teeha mena à bien sa tâche, mais ses adversaires du jour s’avérèrent trop forts dans l’emballage final. Il prit une bonne troisième place derrière son compagnon de box, Everest, sur lequel David réalisa une monte intelligente en le positionnant dans le dos d’Albert Mooney avant de le déboîter légèrement à 400 mètres de l’arrivée lorsqu’il sentit la présence de Kremlin Captain se rapprochant sur son arrière-main. Il força ainsi la monture de Callow à aborder la dernière courbe en épaisseur. Everest fit illusion à mi-ligne droite, mais il ne put rien face au finish de One Cool Dude, qui tira profit de son handicap favorable face au favori et au gris de Gilbert Rousset, pour mettre tout le monde d’accord au finish. Les 1600m furent couverts dans le bon chrono de 1.36.61. S’agissant de One Cool Dude, il se voit couronné Miler de l’année avec 17 points devant Bulsara (14 points) et Everest (10 points).
Ajouté à son parcours compliqué à l’extérieur suite à sa sixième ligne, Kremlin Captain était nettement désavantagé par rapport à tous ses adversaires au handicap. Dans ces conditions, il n’a pas à rougir de sa défaite et sa quatrième place. La bonne opération revient à Rousset, qui récolte Rs 420 000 en terme de gains contre Rs 60 000 pour Gujadhur, et qui reprend la tête du classement. Tales Of Bravery est à créditer d’une honorable cinquième place. La déception est venue de Bulsara, dont le jockey perdit sa cravache à 200m de l’arrivée, qui ne fut pas en mesure de faire sentir sa présence à l’arrivée malgré le bon rythme de la course. Ramapatee Gujadhur ne réalisera pas le grand chelem cette saison.
Auparavant, Joorawon s’était signalé dans la deuxième épreuve où il y eut une enquête sur un incident dans la ligne droite impliquant un des favoris, Colour Of Courage. En effet, l’alezan de Gilbert Rousset fut gêné alors qu’il s’infiltrait entre Just B Brave et Lord Al. Il fut établi lors de l’enquête que Colour Of Courage frôla l’arrière-train de Just B Brave, d’où le mouvement de ce dernier à l’extérieur, poussant Colour Of Courage qui se retrouva dans le dos de Man Of His Word. Vu que David avait contribué à cet incident, les RS n’allèrent pas de l’avant dans l’enquête. Cependant, ils conseillèrent à Bussunt de redresser ses montures plus rapidement à l’avenir. Le vainqueur Ted Bassett, fut aperçu en queue du peloton sur la partie initiale, mais Joorawon prit la sage décision de commencer sa progression au poteau des 600m, car il aurait pu se retrouver trop en retrait à l’emballage final surtout que les deux chevaux devant lui, Canadian Club et Mediterranean Man, furent gênés juste après lorsque Colour Of Courage se rabattit à la corde. Joorawon dut le reprendre dans la dernière courbe afin d’éviter les talons de Lord Al, mais dès que Ted Bassett vit le jour, il mit la tête à l’ouvrage pour grignotter du terrain à chaque foulée et l’emporter devant Lord Al et le malheureux Mediterranean Man. Interrogé sur la performance améliorée de son protégé, Ricky Maingard dira qu’il fut constaté après sa dernière course qu’il souffrait de l’arrière-train et que Ted Bassett avait bénéficié des traitements en conséquence.
Raj Ramdin sort de la zone rouge
La bonne moisson de Raj Ramdin débuta avec Port Albert dans l’épreuve d’ouverture. Cette course semblait réglée comme du papier à musique avec le vainqueur bénéficiant d’un parcours en or pour réussir le pillar to post. Port Albert ne se montra pourtant pas le plus rapide, et de sa première ligne il aurait pu se faire enfermer par Data Controller, qui se montra plus entreprenant de sa deuxième ligne, mais Naiko n’insista pas après le premier passage du but vu que Sooful sollicitait sa monture afin de conserver l’avantage de la corde. Naiko choisit de reprendre sa monture afin de se placer dans le dos du meneur, mais il fut condamné à l’extérieur par Captain’s Cronicle, qui s’était rapproché dans la première courbe. Nullement inquiété, ce dernier imprima une allure modérée avant d’accélérer graduellement à 400m de l’arrivée. Démarrant de loin, Beautiful Bhutan versa à l’intérieur dans la ligne droite et il ne put être accompagné comme il se doit de l’être par Callow, qui aurait visiblement gagné à le redresser des deux mains comme l’avaient proposé les commissaires à Chisty mardi dernier sur Captain Magpie, et il lui manqua un petit plus sur la fin. Pas moins de quatre autres chevaux se mêlèrent à l’arrivée, mais Port Albert conserva l’avantage jusqu’au bout.
Raj Ramdin réalisa le doublé avec Shield Of Thunder pour porter son score à 7 victoires.  A l’occasion, ce bai de 6 ans retrouvait les 1500m, parcours sur lequel il restait sur une victoire. Sooful tira profit de sa troisième ligne pour le positionner dans le dos d’Obama avant de faire son effort à 400 mètres de l’arrivée. Shield Of Thunder déborda en quelques foulées Obama, qui n’avançait plus, avant de s’imposer facilement devant Billy Bojangles. Quant au favori Catwalk Model, on peut penser que les 1500m étaient un peu longs pour ses aptitudes du jour. Il ne fut pas en mesure de changer de vitesse dans la ligne d’arrivée. Holland posa les rênes sur la fin et se fit même souffler la troisième place par Double Dash. Le Britannique fut inculpé sous le Rule 160 A (h) pour ne pas avoir monté son cheval jusqu’au but, mais il obtint miraculeusement le bénéfice du doute des commissaires après ses explications.
Dinesh Sooful ramena son troisième gagnant de la journée grâce à Tembot, qui créa la surprise dans l’épreuve de clôture. Ce gris, qui avait débuté sous la férule de Rameshwar Gujadhur avant de passer chez Raj Ramdin, n’avait pas réussi grand-chose sur notre turf à l’exception d’une cinquième place acquise à sa deuxième tentative. Il retrouvait la compétition après presque trois mois et à l’occasion, son nouvel entraîneur lui avait enlevé les oeillères et le drop noseband. Certes, il descendait de classe, mais il était difficile de pronostiquer en sa faveur. Sa course, il la remporta sans doute au départ lorsqu’il surmonta le handicap de sa sixième ligne pour s’emparer de la position tête et corde au détriment de Mighty Lion qui fut condamné à l’extérieur. Sooful endormit ses adversaires avant de lancer le sprint à 600 mètres de l’arrivée. La Foce, Arromonches et Teamog lui offrirent la réplique dans la ligne droite finale, mais le gris de Raj Ramdin résista jusqu’au bout. Grâce à ce succès, Raj Ramdin peut aborder le reste de la saison avec sérénité puisqu’il a déjà rempli une des conditions imposées par le MTC pour le renouvellement de la licence d’entraîneur qui est de ramener un minimum de 8 victoires en une saison.
Doublé de David
Tous étaient conscients que New Star ne pourrait confirmer son étendard de favori face à ses adversaires du jour sur 1600m que si le train était lancé. Ce fut le cas la dernière fois lorsque Spin A Coin se substitua au rôle de pacemaker. On savait qu’il y aurait du rythme cette fois avec la présence de Brave Leader, qui avait en selle Nishal Teeha, considéré comme un as du départ. Effectivement, de sa deuxième ligne, il n’eut aucune peine à prendre la direction des opérations. Une fois les choses en main, on pensait que Teeha allait reprendre sa monture ?et réduire la course à un sprint sur 1000m afin de piéger ses adversaires, mais il le laissa imprimer ses puissantes foulées dans la montée. Du reste, au Tombeau Malartic, il comptait déjà environ trois longueurs sur Prince Of Troy, qui condamna Cula à son extérieur. L’allure régulière servit les desseins de New Star, qui dut toutefois être réveillé avec la cravache par son cavalier dans la descente et aux abords de la route afin qu’il ne perde pas le mors. Après avoir jeté un coup d’oeil à l’arrière, Teeha choisit de réduire quelque peu l’allure au bas de la descente. Cela permit au peloton de revenir sur lui. Vu qu’il est un onepacer, il se fit rattraper dans la ligne d’arrivée comme il fallait s’y attendre. New Star profita de l’ouverture à la corde pour se rapprocher vivement et dominer Urbi Et Orbi malgré toute la détermination de Noel Callow.
David doubla la mise sur Blue Berry dans The Afrasia Treasury Cup, qui ne comptait que sept partants suite au retrait d’Ocean Hunter mardi matin. Il faut souligner la bonne initiative du Sud-Africain de contourner Straight Jab et Epicentre lorsque le meneur réduisit l’allure après environ deux furlongs. David laissa souffler sa monture au bas de la descente avant de remettre une couche à la rue du gouvernement. Il creusa ainsi l’écart pour aborder la ligne droite avec de solides prétentions. Kaafel conclut honorablement, mais il ne put refaire tout son retard. Fidelis compléta le podium. Bhaugeerothee fut interrogé sur la performance d’Epicentre. Rien d’anormal ne fut décelé lors de l’examen vétérinaire de l’équidé.
Si la victoire de Hot Rocket ne souffre d’aucune contestation à ce niveau, il faut reconnaître qu’il fut surtout aidé par le train rapide de son compagnon d’écurie Istiqraar dont la participation n’était visiblement pas anodine. De sa première ligne, Istiqraar insista pour condamner les véloces Gida et Aspen Emperor en épaisseur dans la montée avant de se retrouver seul en tête. On eut droit à une allure régulière. Du reste, le peloton évoluait en file indienne à l’exception d’Al Capitano, qui évoluait sur l’arrière-main de Counts Rocket, et de Mr Leyend, qui avait manqué son départ. Le futur gagnant fut longtemps aperçu en avant dernière position et ce n’est qu’à l’entame de la ligne droite qu’il fit son effort. Entre-temps, The Real Hero prenait la mesure d’Aspen Emperor, qui avait débordé le meneur à environ 350m du but, mais il versa à l’intérieur lorsque David changea sans raison apparente sa cravache de main. Hot Rocket, qui refaisait du terrain à chaque foulée, en profita pour prendre l’avantage sur la fin.