Cinq banques mauriciennes figurent dans le classement 2012 des 100 premières banques en Afrique établi par The Africa Report, une publication du groupe Jeune Afrique. Ce sont la Mauritius Commercial Bank (43e), la HSBC Mauritius (46e), la Standard Chartered Bank Mauritius (58e), la Barclays Mauritius (66e) et la State Bank of Mauritius (75e).
Ce classement 2012 a été publié ce mois-ci dans une édition spéciale de The Africa Report consacrée au monde de la finance africain. Il porte sur les Top 200 banques africaines basées sur leurs actifs totaux. On retrouve ainsi huit autres banques mauriciennes après les 100 premières : Standard Bank Mauritius (116e), SBI Mauritius (125e), Deutsche Bank (139e), Hongkong and Shanghai Banking Corporation (143e), Investec Bank Mauritius (153e), Banque des Mascareignes (168e), AfrAsia Bank (182e) et Bank One (194e).
Faisant la comparaison avec le classement publié par le magazine Jeune Afrique en 2011, The Africa Report indique que la MCB a progressé de deux places dans le classement pour l’année écoulée. alors que la Standard Chartered a gagné une place. Les trois autres banques mauriciennes ont perdu des rangs dans ce même classement : la HSBC Mauritius (-3 places), Barclays (-1 place) et la SBM (-4 places). Les autres institutions locales ont aussi reculé dans le classement des Top 200 à l’exception d’AfrAsia Bank qui, elle, est incluse pour la première fois dans ce classement.
Ce sont les banques sud-africaines qui dominent le Top 200, plaçant ses institutions aux cinq premières places : Standard Bank Group avec des actifs de 183,3 milliards de dollars, est largement en tête, précédant Standard Bank of South Africa (US$ 100,9 milliards) et ABSA Group (US$ 96,6 milliards). L’Égypte et le Maroc ont, chacun, deux groupes bancaires parmi les dix premiers alors que la Banque Extérieure d’Algérie parvient à s’intercaler dans le Top 10.
Les actifs du groupe MCB s’élevaient, selon The Africa Report, à US$ 5,1 milliards en 2011 alors que ceux de HSBC Mauritius (basés sur les résultats de 2010) étaient estimés à US$ 4,9 milliards.
The Africa Report souligne, dans son édition spéciale, que les banques commerciales et les banques de développement sont en train de conjuguer leurs forces en vue de financer des projets qui transformeront le continent. La revue note que les financements bancaires sont dirigés, entre autres, vers des projets à caractère commercial, mais que le manque d’accès à des financements à long terme demeure un défi pour les opérateurs économiques africains. Elle considère que les institutions financières africaines auront également à relever le défi de financement des projets de production énergétique. Les observateurs sont d’avis que les opportunités de financement des projets conçus par des opérateurs/investisseurs internationaux sont multiples.
The Africa Report prépare actuellement le classement des Top 500 compagnies africaines qui sera rendu public en février 2013. Les dernières indications sont que ces 500 premières entreprises africaines sont en progression, leurs chiffres d’affaires passant à US$ 690 milliards en 2010, soit une hausse de 18 % par rapport à 2009.