Le comédien mauricien Thierry Françoise a recueilli le 25 mai dernier, à Yénagoa, au Nigeria, un nouveau prix, le sixième depuis sa sortie en 2012, pour le film Les enfants de Troumaron. Il représentait alors l’équipe de ce long-métrage mauricien, récompensée cette fois-ci par le prix du meilleur premier film, attribué par les African Movie Academy Awards (AMAA).
Le prix du meilleur premier film décerné par les African Movie Academy Awards (AMAA) est une des prestigieuses récompenses du continent africain, qui vise particulièrement le jeune réalisateur Sharvan Anenden, dont c’est le premier long-métrage de fiction. Âgé de 28 ans à la sortie du film, il devient de ce fait un des plus jeunes réalisateurs à recevoir une telle récompense en Afrique. Quant à son père Harrikrishna Anenden, avec qui il a co-réalisé Les enfants de Troumaron, s’il ne s’agit pas de son premier film, il s’agit bien de sa première réalisation cinématographique destinée aux diffusions en salles.
Les enfants de Troumaron avait aussi fait l’objet de six nominations pour ce concours lorsque celles-ci avaient été annoncées à Johannesburg, en Afrique du Sud, à savoir : meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur premier film, meilleure actrice pour Vinaya Sungkur, meilleur espoir féminin pour Kitty Philips et meilleure cinématographie… Deux ans après sa sortie, ce film inspiré du roman d’Ananda Devi Eve de ses décombres continue donc d’attirer l’attention dans les festivals du septième art.
Ce film a, en effet, a été sélectionné par une vingtaine de festivals, au Maroc, en Inde, en Suède, en Finlande, en Pologne, au Brésil, à Fidji, en Italie, en Allemagne, au Royaume-Uni ainsi que plusieurs autres. Il a reçu le Prix du public au festival des films d’Afrique et des îles de la Réunion (FIFAI), le Prix Oumarou Ganda de la meilleure première oeuvre et une mention spéciale de la Critique africaine au festival du film panafricain FESPACO, le prix d’interprétation féminine pour Ketty Philips au festival international des films du Burundi, le prix du meilleur film au festival du film africain de Vérone avant celui tout récent de l’AMAA.
Ces distinctions soulignent à la fois les qualités et l’originalité de ce film, ainsi que le talent de ses comédiens. Aussi montrent-elles que la voix de l’île Maurice peut porter bien au-delà de ses rives, y compris à travers un médium dans lequel notre pays ne se fait que très rarement entendre. Le succès du film de Sharvan et Harrikrishna Anenden devrait encourager la création cinématographique mauricienne et ne peut être que de bon augure pour ce qui se prépare actuellement.