La création d’un centre d’assistance technique régional pour l’Afrique australe par le Fonds monétaire international (FMI), aussi connu comme AFRITAC South, est un outil pour accélérer la transformation économique de la région. C’est ce qu’a fait comprendre, ce matin, le vice-Premier ministre et ministre des Finances, Xavier-Luc Duval, en procédant, à la Bank of Mauritius Tower, en compagnie de l’adjoint au Managing Director du FMI, Min Zhu, à l’inauguration officielle de ce centre. Cet événement a été qualifié de « bright day for Africa » par le N°2 du FMI.
Xavier-Luc Duval a suggéré au FMI de créer un Centre de formation en Économie et Finance à Maurice et a annoncé, dans la foulée, que le pays est disposé à souscrire un montant de 10 millions de dollars (environ Rs 300 millions) pour accélérer l’exécution d’un tel projet.
Le Grand argentier a rappelé que juste une année après l’ouverture du premier centre AFRITAC (Africa Regional Technical Assistance Center) à Dar es-Salam, Tanzanie, en 2002, Maurice avait fait une requête pour abriter un autre centre du genre. La démarche mauricienne, a-t-il indiqué, était d’abord motivée par le fait que le pays voulait que les services des institutions internationales soient rapprochés de la région en vue de régler les problèmes de capacités. Puis, Maurice souhaitait promouvoir le partage d’expérience et le support des institutions spécialisées et des pays membres de la zone dans la formulation et la mise à exécution des réformes économiques. Le VPM a estimé que tous les 13 pays couverts (Angola, Afrique du Sud, Botswana, Comores, Lesotho, Madagascar, Maurice, Mozambique, Namibie, Seychelles, Swaziland, Zambie et Zimbabwe) s’approprient les objectifs d’AFRITAC South et s’impliquent activement dans la préparation du programme d’activités du centre.
Dans cette optique, Xavier-Luc Duval a demandé aux pays concernés de considérer le fait que les pays de la SADC se sont engagés, ce week-end, dans la mise en oeuvre d’un ambitieux programme pour accélérer la transformation économique de la région et pour la mise en place des réformes nécessaires en vue de faciliter l’intégration de la région dans l’économie globale. La réussite d’un tel programme, dit-il, dépend des capacités des décideurs politiques et du personnel technique à maîtriser les enjeux de l’intégration économique. C’est là où AFRITAC South aura un rôle crucial à jouer.