Juste après la récente visite de Fazila Daureeawoo, vice-Première ministre et ministre des Îles éparses, à Agalega, le board de l’Outer Islands Development Corporation (OIDC) a tenu une réunion spéciale concernant spécifiquement le dossier de la santé. C’est ainsi que le board a pris la décision d’accorder une assistance financière aux habitants devant obligatoirement venir à Maurice pour certains traitements. Selon nos informations, les patients venant de l’archipel pourraient obtenir une somme d’environ Rs 4 000 pour leurs dépenses durant leur séjour.

Dans l’entourage de la ministre Daureeawoo, on laisse entendre qu’elle accorderait dans un premier temps priorité au dossier de la santé s’agissant des doléances des habitants de l’archipel. De ce fait, elle aurait dès son retour évoqué certaines questions spécifiques avec les autorités concernées. En attendant la rénovation du service de santé sur place, et qui prendrait un peu de temps, le board de l’OIDC a convoqué un “special meeting” la semaine dernière concernant la possibilité du paiement d’une allocation aux habitants devant obligatoirement faire le déplacement à Maurice pour des traitements médicaux.

En effet, les habitants d’Agalega obligés de venir à Maurice pour obtenir des soins évoquent régulièrement les contraintes financières pour couvrir leurs dépenses durant leur séjour. Ils n’ont pas manqué de soulever ce problème à la ministre Daureeawoo durant sa visite de deux jours la semaine dernière. Après avoir analysé la question, le board a ainsi pris la décision de verser une somme de Rs 4 000 à tout patient venant d’Agalega. Par ailleurs, selon nos informations, la visite que s’apprêtait à effectuer une délégation du ministère de la Santé le week-end dernier aurait été reportée pour des raisons purement administratives.

Des officiers disent que les autorités sont au courant des demandes spécifiques des habitants et que le ministère souhaiterait leur communiquer des décisions concrètes lors d’une éventuelle visite des responsables de la santé. Des Agaléens estiment que leurs requêtes au gouvernement s’agissant du service de santé ne sont nullement exagérées. « Nou bann demann bien-bien simp », disent des habitants au Mauricien. Une de leurs revendications a trait à la présence d’un deuxième médecin dans l’archipel. « Nou pe dir bann otorite dan Moris anvoy enn dokter pour lil disid », lancent les Agaléens. En effet, actuellement, un seul médecin est en poste dans l’archipel et dessert le dispensaire se trouvant sur l’île du nord et celui de l’île du sud.

Mais en cas de mauvais temps, le déplacement d’une île à l’autre s’avère difficile et présente même quelques dangers. En revanche, il y a deux équipes d’infirmiers, une dans chaque île. En attendant la grande rénovation du service de santé promis aux habitants depuis plusieurs années, les habitants demandent aussi aux autorités de doter les deux dispensaires de certains équipements essentiels afin d’éviter des déplacements des malades vers Maurice. Par ailleurs, le gouvernement indien serait disposé à apporter son aide pour l’amélioration du service de santé dans l’archipel.

Cette question a été abordée lors d’une rencontre datant de deux mois entre le haut-commissaire indien et les dirigeants de l’association Les Amis d’Agalega. Rappelons que ces derniers avaient sollicité cette rencontre afin d’obtenir des éclaircissements sur la construction de la piste d’atterrissage, qui sera financée par le gouvernement indien, de même que pour la réalisation d’autres gros projets de développement