L’Association Les Amis d’Agalega revient à la charge en ce début d’année avec sa requête aux autorités gouvernementales pour que les trois représentants des habitants de l’archipel sur le conseil d’administration de l’Agalega Islands Council ne soient plus des nominés politiques mais qu’ils soient choisis par voie électorale. Cette organisation a envoyé une lettre à ce sujet il y a quelques jours à Prem Koonjoo, ministre de l’Économie océanique, des Ressources marines, de la Pêche, des Services maritimes et des Îles éparses. Ces dernières années, ce dossier était sous la tutelle du ministère des Administrations régionales.
L’Agalega Islands Council a été créé en 2004 à l’époque où Paul Bérenger était Premier ministre du gouvernement MSM/MMM. Selon la loi régissant son fonctionnement, cette instance est tout simplement un « advisory council » et n’a donc pas de pouvoir de décision. Le board est composé de sept membres comme suit : une chairperson nommée par le ministre de tutelle ; trois personnes représentant les trois villages (La Fourche, Village 25 et Sainte-Rita) de l’archipel nommées par le ministre de tutelle ; un représentant de l’Outer Islands Development Corporation (OIDC) ; un représentant du secteur privé et un représentant des Agaléens vivant à Maurice. La loi stipule que ce dernier est lui aussi nommé par le ministre de tutelle.
L’association Les Amis d’Agalega affirme que sa requête pour l’organisation des élections pour élire les trois représentants de l’île « tend vers une plus grande démocratisation du fonctionnement » de ce conseil. « Avec le nouveau gouvernement, il y a un vent de changement dans beaucoup de secteurs de la vie du pays. Pourquoi donc ne pas saisir cette occasion pour revoir aussi le fonctionnement de ces organisations responsables de la gestion d’Agalega ? », se demande Laval Soopramanien, président de cette association. « Je pense que l’élection des trois représentants augmentera aussi l’intérêt des habitants pour ce qui concerne l’administration de leur île », ajoute-t-il, sur un ton persuadé. Dans ce processus démocratique, il faudrait, dans un deuxième temps selon lui, permettre à ce conseil d’avoir des pouvoirs pour agir dans l’intérêt des habitants.
Par ailleurs, cette association apprécie la rapidité avec laquelle le ministre a agi durant la dernière semaine de l’année 2014 pour régler trois problèmes spécifiques : la panne de la batteuse de l’unique boulangerie, la panne survenue à l’émetteur de radio et de télévision ; et le retour par avion dans l’île d’un jeune étudiant de MITD qui n’avait pu prendre le bateau au jour fixé, car toujours en période d’examens. Les Amis d’Agalega souhaite que les nouveaux dirigeants agissent avec la même célérité pour faire avancer les trois projets prioritaires pour les habitants : la construction d’une piste d’atterrissage et d’une nouvelle jetée, et la transformation du dispensaire en une mediclinique.
Depuis le 10 décembre, les nouveaux députés d’Agaléga sont : Shakeel Mohamed (PTr), Aadil Ameer Meea (MMM), Anwar Husnoo, (ML) et Salim Abbas Mamode (PMSD). Les deux derniers occupent respectivement les fonctions de ministre des Administrations régionales et celle de Permanent Private Secretary.