La souveraineté de Maurice sur Agaléga « ne sera jamais bradée, et surtout pas par Pravind Jugnauth », a déclaré le ministre des Administrations régionales, Mahen Jugroo, hier lors d’une conférence de presse où il a évoqué sa visite de mardi prochain dans l’archipel en compagnie du ministre de l’Agro-industrie Mahen Seeruttun. Ce faisant, il voulait couper court aux rumeurs suggérant que ces deux îles mauriciennes seraient cédées à l’Inde.
Mahen Jugroo a démenti avec force hier, lors d’une conférence de presse, les rumeurs selon lesquelles la souveraineté d’Agaléga serait cédée à l’Inde, rumeurs qu’il qualifie d’ailleurs de « fausses propagandes ». Selon lui, « la souveraineté de Maurice sur Agaléga ne sera jamais bradée, et surtout pas par le Premier ministre », Pravind Jugnauth, poursuivant que « c’est sir Seewoosagur Ramgoolam qui avait permis l’excision des Chagos de Maurice sans protester ».
« Le gouvernement mauricien veut le développement d’Agaléga. Nous avions approché la France pour nous aider à construire une piste d’atterissage, mais les discussions n’ont pas abouti. Aujourd’hui, la construction de la piste et d’une jetée peut être réalisée dans le cadre d’un projet de développement aux termes d’un accord entre le gouvernement mauricien et celui de l’Inde à la suite de la visite effectuée par Pravind Jugnauth dans la grande péninsule. L’Inde nous aide à concrétiser ce projet en tant que pays ami. » Et d’ajouter à ce propos ne plus attendre que la soumission par les autorités indiennes d’un « detailled project report ».
Le secrétaire indien aux Affaires étrangères, Sanjay Panda, avait profité de la présence d’une délégation de journalistes mauriciens en Inde cette semaine pour rassurer la population mauricienne concernant les travaux entrepris par les autorités indiennes à Agaléga. Il a ainsi fait comprendre que le gouvernement indien a pris l’engagement auprès des autorités mauriciennes de construire une piste d’atterrissage ainsi qu’une jetée. « Nous allons de l’avant avec ces deux projets, qui seront dans l’intérêt de Maurice. Les facilités qui seront disponibles à Agaléga une fois ces deux projets réalisés seront d’un grand apport pour la surveillance maritime et géographique. Ce projet est aussi bien dans l’intérêt de Maurice que de l’Inde », a-t-il affirmé, insistant sur l’aspect sécuritaire concernant le territoire mauricien et la surveillance maritime en général.
Mahen Jugroo et Mahen Seeruttun profiteront de leur passage dans l’archipel pour passer en revue l’avancement des travaux concernant la piste d’atterrissage. Il sera également question de faire un constat de la situation dans ces deux îles. C’est dans ce contexte d’ailleurs que la possibilité de relancer la production de cocos sera envisagée. « Nous nous pencherons également sur la production d’oignons selon une technique bio », a dit le ministre. Autres points qui seront à l’agenda : le niveau de l’éducation dans l’archipel, en baisse ces dernières années, une visite des hopitaux de l’île du Nord et de l’île du Sud, ainsi que la possibilité de construire une chambre mortuaire afin d’accueillir les dépouilles des défunts en attendant leur enterrement.
Par ailleurs, Mahen Jugroo a annoncé qu’avec l’aide de Showkutally Soodhun, deux appartements de la NHDC, à Pointe-aux-Sables, seront réservés aux Agaléens de passage à Maurice pour des raisons de santé en attendant que le bateau refasse le trajet vers l’archipel. Pour rappel, Agaléga compte actuellement une population de 300 personnes. L’archipel compte aussi quelque 72 véhicules, désormais assurés et qui doivent également disposer d’un certificat de fitness.