Dans un souci d’accroître l’autosuffisance et la sécurité alimentaires à Agaléga, un projet de multiplier farm vient d’être mis en chaniter sur place. Parrainée par la société de téléphonie mobile Emtel, ce projet confié au Mouvement Pour l’Autosuffisance Alimentaire (MAA) bénéficie du soutien de l’Outer Islands Development Corporation (OIDC) ainsi que de l’association Les Amis d’Agaléga.
Ce projet est, d’une part, pour l’élevage de moutons, de l’autre, de poulets. C’est, en fait, le prolongement d’un projet initial d’élevage domestique de carbis et de moutons à Agaléga mis en chantier au début de l’an dernier. Une délégation était sur place, il y a quelques semaines, pour un constat. Il en ressort que quelque 50% de la vingtaine d’animaux qui avaient été introduits l’an dernier sont morts après avoir consommé des herbes toxiques.
Pour la deuxième phase du projet, il a ainsi été décidé, par mesure de précaution, de n’y introduire que des moutons locaux réputés plus rustiques que ceux de races améliorées. D’autre part, en vue d’un débarquement dans les meilleures conditions, aucune bête pleine n’a été acheminée sur place. D’autre part, dans sa phase initiale, le projet avait consisté à confier, directement, à des familles préalablement initiées, du bétail pour un élevage domestique.
Cette fois, décision a été prise d’aménager sur place une multiplier farm consistant en un parc pour l’élevage de plus d’une vingtaines de moutons et de brebis et une volière pour l’élevage d’une centaine de poulets comprenant, à la fois, des poules couveuses et des coqs reproducteurs. L’idée de cette multiplier farm est de tendre, d’abord, à la reproduction. Les agneaux et poussins qui naîtront de cet élevage seront seulement alors, vendus à des familles d’Agaléens désireuses de se lancer dans un élevage domestique.
En vue de la meilleure gestion de cette multiplier farm, une équipe de cinq fermiers issus de la communauté locale a reçu une formation poussée en gestion de projet et en santé animale. A l’avenir, les promoteurs caressent l’idée de créer, sur place, des jardins potagers. Il a, en effet, été constaté que la terre d’Agaléga est suffisamment riche en matières organiques en certains endroits et que l’eau, sur place, ne constitue pas un gros problème. Il est, de même, envisagé d’agrandir, plus tard, le parc d’élevage.
Parrainée par la société de téléphonie mobile, Emtel, la réalisation de ce projet agricole à Agaléga a été confiée aux bons soins techniques du Mouvement Pour l’Autosuffisance Alimentaire (MAA). Le projet est soutenu par l’Outer Islands Development Corporation (OIDC) de même par l’association Les Amis d’Agaléga. Il vise à assurer, tout à la fois, un maximum d’autosuffisance et de sécurité alimentaires dans la petite dépendance de la République de Maurice. Jusqu’à ce jour, en effet, les Agaléens dépendaient largement de l’arrivée, tous les quatre mois, du Mauritius Pride pour leur approvisionnement en denrées alimentaires.