Lors de la visite du ministre de la Santé chez eux, hier, les habitants d’Agalega pensaient qu’ils allaient pouvoir discuter avec lui pour lui communiquer de vive voix leurs principaux besoins, mais Anil Gayan n’avait pas prévu à son agenda de rencontre avec la population. « Nou desu parski nou ti pe atann ki li ti pou gagn enn reinion avek nou e ki li ti pe vinn dir nou seki minister lasante pe prevwar pour Agalega », témoigne un habitant sur l’île du nord.
Accompagné d’une délégation de son ministère, Anil Gayan est arrivé sur l’île à 9 h 10 et il est reparti vers 14 h 30. Sachant qu’il n’y aurait pas de rencontre formelle avec le ministre, une dizaine d’habitants sur l’île du sud ont attendu l’arrivée de ce dernier au centre de santé pour lui faire part de leurs doléances. « Dabitid a sak fwa ki enn minis ou enn dipite inn vini dan lepase finn ena enn ti rankont, enn ti diskision kot bann abitan kapav ekprim zot. Me nou desu ki minis Gayan pa finn gagn sa kalite kontak-la avek nou », dit une habitante.
Pendant cette journée, le ministre a fait un constat du service offert aux habitants en visitant les deux centres de santé, l’un sur l’île du nord et l’autre sur l’île du sud, et s’est entretenu avec le personnel de son ministère qui y travaille. Le personnel médical est composé d’un médecin et de quatre infirmiers, deux pour chaque centre de soins. Selon nos informations, le staff souhaite avoir une ambulance pour l’île du nord spécifiquement, en raison des risques de danger pour les travailleurs lors de l’embarquement et le débarquement des marchandises.
La délégation du ministère a aussi discuté avec le personnel médical des possibilités de mettre en place le dispositif nécessaire pour permettre aux femmes enceintes d’avoir tous les soins adéquats jusqu’à l’accouchement, leur évitant ainsi les déplacements obligatoires vers Maurice pour mettre au monde leurs enfants.
Notons que la population a diminué d’une manière considérable sur les deux îles ces dernières années pour atteindre aujourd’hui 290 habitants.