Si le Mauritius Pride ne part pas aujourd’hui pour Agalega, il ne restera que deux jours de stock de farine à la boutique de l’Outer Islands Development Corporation, soit pour aujourd’hui et pour demain. Les responsables de l’OIDC croisent les doigts pour que le bateau puisse partir aujourd’hui ou au plus tard demain. Au cas contraire, à partir de vendredi matin la boulangerie de l’île ne pourra pas fournir de pain à la population.
Pour rappel le Mauritius Pride aurait dû lever l’ancre depuis mercredi dernier pour mettre le cap sur Agalega. Dans les milieux de l’OIDC on laisse entendre que le problème technique concernant la grue principale du Mauritius Pride est « assez sérieux ». Les mécaniciens réparant cette grue ont travaillé jusqu’à une heure très avancée hier soir et les responsables de l’OIDC, selon nos renseignements, étaient persuadés que le bateau allait lever l’ancre tôt ce matin. « Nous sommes en contact à toute heure avec Mauritius Shipping. On ne peut rien dire à ce stade au sujet du départ car les mécaniciens font encore quelques vérifications », déclarait ce matin au Mauricien un des responsables de l’OIDC. « On a fait clairement comprendre à Mauritius Shipping qu’on ne veut pas faire monter les passagers à bord une troisième fois sans en être sûr que tout est réglé », ajoute cet interlocuteur.
On décèle à présent une pointe d’agacement du côté de l’OIDC devant le prolongement de cette panne technique. D’autant que les réserves pour certaines denrées de base à Agalega se sont considérablement amenuisées et que l’île n’est pas loin d’être confrontée à une rupture de stock comme pour la farine par exemple. Au sein de l’OIDC, on ne niait pas ce fait ce matin. « Le stock de farine est très limité », confie au Mauricien un des cadres. « Si le bateau ne part pas aujourd’hui ou demain la boutique de l’OIDC aura quelques difficultés à approvisionner les habitants et la boulangerie en farine à partir de jeudi », ajoute cet interlocuteur.
Par ailleurs, hier matin, avant d’aller assister à la conférence de presse du Kolektif respe drwa dinite Agalega, un groupe d’Agaléens a eu une rencontre avec le député Rajesh Bhagwan, secrétaire général du MMM, pour lui parler des conséquences découlant de ces deux renvois du départ du Mauritius Pride et des autres problèmes qui perdurent à Agalega. C’est ainsi que Adil Ameer Meea (député d’Agalega, l’île étant rattachée à Port-Louis Maritime/Port-Louis Est – N°3) comptait soulever au Parlement aujourd’hui, si possible à l’ajournement des travaux, la panne technique du Mauritius Pride et la « situation de détresse » dans laquelle se trouvent les Agaléens en partance pour leur île. « Le MMM est solidaire avec les Agaléens et j’exprime ma tristesse devant cette situation inhumaine. Je suis dégoûté par la manière de faire du gouvernement envers les Agaléens car depuis 2010 j’ai posé plusieurs fois des questions au Premier ministre sur la piste d’atterrissage et sur l’urgence de réaménager le port dans l’île pour permettre un meilleur accostage du bateau mais à chaque fois il a renvoyé les questions à d’autres ministres. J’ai également interrogé le Premier ministre sur les possibilités de visiter l’île en tant que député mais je n’ai pas obtenu de réponse claire », nous dit le député du MMM.
Pour sa part, les animateurs du Kolektif respe drwa dinite Agalega élaborent une stratégie pour communiquer à un maximum d’organisations à Maurice et dans la région la situation à Agalega.