Les Agaléens ont beaucoup apprécié la visite entreprise mercredi par leurs députés, qui leur ont donné, ont-ils dit au Mauricien, « des réponses satisfaisantes » à leurs principales demandes. Les deux visiteurs qui découvraient l’archipel pour la première fois sont ravis eux aussi de ce premier contact avec la population. « C’est une visite très positive et nous n’avons pas fait de la politique politicaille », déclarent pour leur part le ministre du Travail Shakeel Mohamed et le député mauve Adil Ameer Meea.
Le ministre Mohamed et le député Meea racontent qu’ils ont reçu un « accueil chaleureux » de la part des habitants et ils ont entrepris côte à côte la tournée de l’île du Nord. Il est assez rare que deux députés, qui ne sont pas du même camp, se mettent ensemble pour visiter leurs mandants. « C’est la première fois qu’un membre du gouvernement et un député de l’opposition se rendent ensemble à Agalega. Cela témoigne de la volonté du Premier ministre de trouver des solutions pour le bien-être des Agaléens et pour le développement à long terme pour l’île », soutient Shakeel Mohamed. Au bout de cette première visite, ce dernier admet qu’il y a des améliorations à apporter dans plusieurs domaines de la vie de l’île et qu’il y a des projets urgents à réaliser, en revanche, il n’est pas d’accord, dit-il, avec les commentaires de Paul Bérenger selon lesquels « la situation est dramatique à Agalega ». « Je ferai un compte rendu de ma visite au Cabinet mais il n’y a pas de situation dramatique. »
Shakeel Mohamed et Adil Ameer Meea ont d’abord visité quelques endroits importants dans la vie quotidienne des Agaléens, notamment l’hôpital, l’école, la jetée, le quartier général de l’administration et le radar. Ils sont aussi entrés dans quelques maisons pour prendre note des doléances des familles. Après la site visit, ils ont eu une rencontre d’environ deux heures avec les habitants à l’Arche de Noë et qui s’est déroulée en présence des responsables de l’administration et devant une assistance nombreuse. « Ti ena environ 200 dimoun, ena osi ki ti sorti dan lil-di-sid », témoignent quelques résidents en précisant qu’il y avait une forte présence féminine.
De son côté, le député du MMM est content d’avoir pu faire ce constat des lieux qu’il souhaitait depuis longtemps et il a collecté suffisamment d’informations, dit-il, pour poser des questions au Parlement. « Ce fut une visite constructive et très positive pour moi et pour l’opposition. Et grâce aux contacts que j’ai eus je pourrai faire un suivi permanent de leur dossier. Je leur ai promis que je soulèverai régulièrement leurs problèmes au Parlement. J’ai rassuré les Agaléens quant à leur place au sein de la République de Maurice et leur ai dit qu’il n’y a pas deux catégories de Mauriciens. Tous ont les mêmes droits qu’ils vivent à Maurice, à Rodrigues ou à Agalega », dit le député du MMM. Et d’ajouter : « Nous étions ensemble pendant toute cette visite mais chacun avait une mission spécifique. Shakeel Mohamed dans son rôle en tant que représentant du gouvernement a fait beaucoup de promesses aux habitants… Pour ma part, je leur ai transmis ce que j’avais à dire. Dans l’ensemble la visite s’est déroulée sur un ton consensuel. »
Les deux députés estiment « urgente » la construction d’une piste d’atterrissage pour désenclaver l’île de même qu’une nouvelle jetée. Le député du MMM dit qu’il a été quelque peu « choqué » par l’état de celle qui existe. « La jetée est en train d’être réparée, mais je constate que ceux qui entreprennent en ce moment ces travaux prennent cela au petit bonheur », constate le ministre Mohamed, qui suggère pour sa part la construction d’un T-Wharf dans l’avenir.
Selon Arnaud Poulay, porte-parole des habitants, les deux députés n’ont pas déçu les habitants. « Popilasion inn byen satisfe de zot vizit. Nou kontan ki zot finn pran letan pou fer site vizit e zot finn byen konpran nou bann demann. Zot ti ena bon koze pou nou. Minis Mohamed inn donn nou bann repons pozitif e li finn fer osi plizier promess ki nou finn byen note » dit ce matin au Mauricien le porte-parole. « Li finn dir nou ki konstriksion lapis aterisaz pou komanse sa lane-la », affirme-t-il. Selon lui, les habitants ont insisté auprès de leurs deux visiteurs sur deux autres demandes qu’ils considèrent très importantes : (1) le changement d’appellation et de la structure d’Agalega Islands Council en Agalega Council et l’inscription sur l’acte de naissance des enfants qui naissent à Maurice de leur origine agaléenne. « Minis Mohamed inn promet nou ki li pou transmet o konsey deminis tou nou bann reket », indique M. Poulay.