Agnieszka Koziarska Martinache, pratique une activité entre ciel et terre. Cette instructrice de yoga aérien et de pilâtes aérien est installée depuis peu à Maurice. Dans ses valises, la franco-polonaise de 38 ans a ramené son énergie et surtout la méthode MindBodyAgnieszka, qui a connu du succès, dit-elle, à Las Vegas. Une technique créée et adaptée de ces deux disciplines destinées à nourrir le corps et l’esprit.

Souple comme la soie qu’elle côtoie au quotidien, elle a pourtant un moral taillé dans de l’acier. Que ce soit en sports, dans ses études pou au travail Agnieszka Koziarska Martinache a la même endurance pour se donner à fond. Détentrice de six maitrises, elle a tour à tour été championne de sports, agent de footballeurs et instructrice de yoga aérien et de pilâtes aérien. “Tombée amoureuse de l’environnement, du climat, de la quiétude et de l’énergie de ce petit bout d’île”, la franco-polonaise s’est installée depuis quatre mois dans son “île de cœur” avec son époux, son fils et son chien Enzo, pour continuer à enseigner et pour réaliser d’autres projets, comme l’écriture d’un livre sur le pilâtes aérien. La férue de wellness ramène aussi avec elle, sa méthode MindBodyAgnieszka. Un enseignement innovant qui associe la technique du pilâtes au yoga aérien.

La tête en bas

Tamarin. Agnieszka Koziarska Martinache a fait installer une structure dans son grand jardin pour s’adonner à ses activités aériennes et pour donner des cours. Du haut de son mètre soixante et un, suspendue sur son hamac, elle défie les lois de la pesanteur à travers cette activité. En un battement d’aile, elle se retrouve “la tête en bas.” Un parfait équilibre entre force et douceur. Elle offre aussi ses services dans des hôtels de luxe à travers le pays retournant même des célébrités du monde du showbiz en vacances chez nous comme l’humoriste Jamel Debbouze.

L’envol d’Agnieszka Koziarska Martinache est surtout l’aboutissement d’un parcours parsemé de victoires, de déceptions, de choix et de questionnements. Pour cette ancienne championne sportive qui a représenté la Pologne à l’international, une blessure survenue à un certain moment de sa vie a provoqué une remise en question. “Mais avant tout ça a été une épreuve qui m’a offerte un nouveau regard sur mon bien-être et mes objectifs personnels.”

Esprit de compétition

Agnieszka Koziarska Martinache est animée d’un esprit de compétition farouche et d’une volonté qui la pousse à se surpasser. A 6 ans, elle remporte une compétition de course. Elle a l’opportunité d’intégrer une école de sport basée dans sa ville natale en Pologne, qui comprend un programme intensif. Pendant huit ans elle a l’occasion de représenter son école et son pays dans des compétitions internationales au saut en longueur et dans la course à pied. A 15 ans, la championne arrive à la croisée des chemins et se voit obligés de choisir entre le sport et les études. “Je me suis résolue à mettre le sport à un différent niveau pour privilégier les études. Je suis passée en semi-professionnelle, j’ai intégré une équipe de volley-ball et de basket-ball et j’ai suivi des cours de danse. Ca me permettait de retrouver le sport, mais à mon rythme.” En six ans d’études, devient détentrice de plusieurs maîtrises notamment en Economie (Petite et Grande Entreprises), Finances et marché financier, Marketing et gestion et ingénierie de production. La jeune femme a aussi fait une grande école polytechnique en Pologne. “J’ai une mémoire photographique qui me permet d’assimiler rapidement les informations en très peu de temps.” Une chute en snowboard lors de ses études universitaires en France, a été un coup dur.

Une chute bienfaitrice

“Cet accident a endommagé ma colonne lombaire et j’ai souffert d’une dégénérescence des disques intervertébraux. Je ne pouvais pas bouger, toute rotation de la colonne vertébrale provoquait une pression sur les nerfs, ce qui provoquait une douleur insupportable.”

Ses médecins concluent qu’elle ne pourra se remettre aux sports. “Pour moi le sport c’est un style de vie. Du jour au lendemain, ma vie a basculé et il a fallu accepter de vivre différemment.” De retour en Pologne, “Les médecins me disais que je devais faire une opération pour remettre mes disques intervertébraux en place.”

La rencontre avec un ergothérapeute russe spécialiste des colonnes vertébrales, qui proposait une réhabilitation par les mouvements a été salutaire pour la jeune femme. “En une séance, il m’a remise en place.” Ce dernier le suggère alors le pilâtes comme forme de rééducation.

Elle assiste aux cours et expérimente les résultats des exercices à travers la guérison “J’ai connu une reconstruction et un renforcement du processus musculaire. Grâce au pilâtes, j’ai guéri mon dos et j’ai évité une intervention chirurgicale. Ca a aussi soigné mon corps de vieilles blessures survenues dans le passé.”

A 22 ans, Agnieszka Koziarska Martinache devient adepte du pilâtes, surtout qu’elle prend des cours avec une des meilleurs profs. “Une ancienne championne de karaté qui a une histoire plus ou moins similaire à la mienne.” Elle suit de multiples formations à un niveau avancé en vue d’enseigner cette méthode. “Plus j’apprenais, plus ça m’intéressai. Le pilâtes chez la femme enceinte et les seniors, la biochimie des mouvements, le fonctionnement du muscle, la structure du corps, les points de pression. J’ai aussi essayé de comprendre les méthodes de réhabilitations.”

Las Vegas

Avec ses connaissances la jeune femme était en mesure d’élaborer des programmes de fitness pour elle et pour les autres. En parallèle à ses activités, elle a, à un certain moment, été agent pour les footballeurs tout comme l’est son époux David Martinache. “Passionné par le foot, j’étais une des rares femmes dans un milieu masculin. Pour être prise au sérieux et montrer que j’étais à niveau, j’ai du faire trois fois plus d’efforts. Mais je suis accoutumée aux défis.”

Elle a eu l’occasion de concevoir un programme d’entraînement au pilâtes pour des joueurs de football dans le but de les aider à guérir après des blessures ou pour atteindre leurs objectifs de fitness. Avec une clientèle grandissante, elle ouvre un premier studio de pilâtes en France en 2013.

En vacances aux Etats-Unis, au bout d’une classe de yoga aérien, elle est sous le charme. Soif de savoir, au terme de formations poussées auprès des plus grand maîtres de yoga la jeune femme combine ses connaissances en pilâtes au yoga aérien et crée sa propre méthode. La méthode MindBodyAgnieszka fait mouche à Las Vegas. “Un art aérien adapté à tout le monde, composé d’un ensemble de bonnes technique acrobatiques, une bonne base de yoga et de pilâtes.” Elle créer ainsi une petite révolution dans cette discipline et ouvre un studio de pilâtes et yoga aérien à Las Vegas qui connaît un énorme succès.

Ouverture d’esprit

Très ancrée dans le monde énergétique et spirituel après s’être formée avec un grand Maitre Reiki, Agnieszka Koziarska Martinache a toujours aimé explorer et découvrir de nouvelles choses. “Dans le cadre de son travail, mon père voyageait beaucoup et nous le suivions dans les différents pays”. Celle qui a grandi entre la France et la Pologne en passant par la Turquie et  l’ancienne Tchécoslovaquie a toujours été balancée de pays en pays, à la rencontre de différents peuples, cultures et traditions. “J’ai eu l’occasion de voir le monde de différents points de vue. Ne pas être enfermée dans un modèle m’a permise d’avoir une certaine ouverture d’esprit sur ce qui m’entoure.”

Cet esprit bohème a naturellement guidé ses pas vers Maurice. Car la rançon du succès est souvent un agenda surbooké. L’objectif était de mettre une pause à ce rythme effréné qu’elle a soutenu pendant cinq ans à Las Végas pour être en mesure de terminer l’écriture de son livre qui sera dédié au pilâtes aérien. Mais avant tout, elle a pris conscience “qu’il fallait trouver du temps pour ma famille, mon fils et pour moi.” A suivre sur Instagram : MindBodyAgnieszka

Pilâtes

Le pilâtes est une activité physique axée sur l’usage de l’ensemble du corps et pratiquée depuis de nombreuses années. À l’image de la gymnastique ou de l’aérobic, elle est un ensemble d’enchaînements ou d’exercices pratiqués en partie avec le corps sur matelas et dans certains cas, des instruments et des accessoires comme le ballon BOSU, le swissball ou un balançoire quand il s’agit de pilâtes aérien.

La méthode porte le patronyme de Joseph Pilâtes son inventeur. Ce personnage a inscrit son nom dans l’histoire de la pratique sportive en créant une activée qui permet de sculpter le corps et de renforcer le mental sans grand renfort de souffrance.

En cela, le pilâtes est intéressant à bien des égards, car Joseph Pilâtes qui avait une santé fragile et était passionné d’anatomie a pensé cette discipline en la rendant aussi précise que possible. Pour la réussite des exercices, il faut suivre les principes de respiration, de concentration et de centrage qui caractérisent cette discipline.

D’un point de vue purement sportif, cette discipline est un ensemble de techniques de fitness et de remise en forme.

Elle s’adresse à tous, en particulier aux personnes qui débutent le sport. En tant qu’activité de remise en forme et de fitness à la longue, elle sculpte, la silhouette galbe harmonieusement les muscles.

Ce n’est pas une technique de musculation, mais elle augmente la force et la fermeté des articulations, des muscles profonds, en entrainant une dépense énergétique non négligeable qui va éventuellement permettre à moyen terme de perdre du ventre .C’est par conséquent une activité à pratiquer régulièrement puisqu’elle n’épuise pas de la même manière qu’une partie de foot. Toute pratique sportive est conseillée et celle du Pilâtes plus encore.

(source internet)