À une semaine de la onzième réunion annuelle de l’AGOA Forum à Washington, l’ambassadeur de Maurice Somduth Soborun observe que les pays africains au sud du Sahara font leur maximum pour bénéficier des provisions de l’AGOA.
« I see that many African countries are doing their best to benefit from AGOA. There is tremendous progress going on and I think we should give it a chance to make more progress », a-t-il déclaré.
Selon les chiffres diffusés par le gouvernement américain, les importations de l’Afrique subsaharienne sous l’AGOA se sont élevées à plus de 44 millions de dollars soit cinq fois plus qu’en 2001.
Le texte de loi permet aux produits textiles et de l’habillement d’entrer aux États-Unis sans frais de douane et sans quota.
L’ambassadeur mauricien a observé que la provision third country fabric qui permet aux pays fabricants de s’approvisionner auprès d’un pays tiers expirera en septembre prochain.
Il souligne que Maurice ainsi que d’autres pays africains sont très inquiets du fait que le congrès américain n’a pas encore pris des mesures en vue de son extension.
« If you don’t have the Third-Country Fabric provision, either you use the yarn and fabric available in the sub-Saharan African countries, or in the US », a-t-il expliqué. Cela constitue un gros problème parce que les tissus américains coûtent très cher alors que les pays africains manquent d’infrastructures pour produire leurs propres textiles de manière efficiente.
Le fait que cette provision n’a pas encore été renouvelée a pour conséquence que les opérateurs africains ont perdu beaucoup de commandes aux États-Unis.
Le forum est prévu les 14 et 15 juin prochain. La délégation mauricienne sera dirigée par le ministre des Affaires étrangères Arvin Boolell.