La magistrate Janoo-Jaunbaccus, siégeant en cour de district de Flacq, a prononcé un verdict d’acquittement en faveur de deux hommes poursuivis pour avoir agressé une femme. Celle-ci avait apporté à la police que le 24 novembre 2011 vers 17 heures alors qu’elle se trouvait chez sa belle-soeur au premier étage, le mari (accusé N°2) de cette dernière l’avait menacée avec un couteau.
Sa belle-soeur, a-t-elle expliqué, avait pu se sauver alors qu’elle est descendu au rez-de-chaussée quand le cousin du mari (accusé N°1) l’aurait, à son tour, menacé avec pied-de-biche. L’homme devait lui mettre également deux gifles à la figure et l’attraper par le bras. Suite à cela, elle aurait eu le bras fracturé et aurait été admise pendant deux jours à l’hôpital.
Lors de son contre-interrogatoire en cour, la femme a soutenu que l’accusé N° 2 l’avait aussi giflée et a précisé que le premier avait utilisé un morceau de fer pour la menacer.
Appelée à la barre des témoins, la belle-soeur a confirmé la version de la plaignante, précisant qu’elle avait tout vu même si elle était à l’extérieur de la maison. Elle devait aussi affirmer qu’un des deux accusés était son mari.
Dans sa déclaration à la police, l’accusé N°1 a nié toute l’accusation logée contre lui. Il a indiqué qu’il s’était rendu sur place pour rencontrer son cousin (l’accusé N° 2), mais il n’avait pu le rencontrer. Par contre, il a trouvé les deux femmes dans la maison et noté que deux panneaux de vitre de la porte d’entrée étaient cassés. De son côté, l’accusé N°2 a indiqué qu’il était absent au moment des faits, précisant s’être rendu à Mon-Choisy avec sa maîtresse.
La magistrate a noté que les versions données – elle avait consigné deux dépositions –, comportaient des éléments inconstants, notamment concernant l’objet avec lequel l’accusé N°1 aurait frappé la plaignante et la nature des blessures reçues à son poignet. « I cannot but find that she has been exaggerating and that I
cannot give much credence to her testimony », dit-elle dans son jugement.