Rosario Draboucan a comparu hier devant la Cour de district de Port-Louis Sud pour agression sur le ministre Anil Baichoo en 2007. La magistrate Meenakshi Gayan-Jaulimsing a renvoyé l’affaire au mercredi 21 septembre, l’avocat du prévenu Me Chetan Baboolall étant absent.
Le procès intenté à Rosario Draboucan pour agression en 2007 de l’actuel vice-Premier ministre et ministre des Infrastructures publiques Anil Baichoo n’a pas pu démarrer hier. L’avocat de l’accusé Me Chetan Baboolall étant absent, la magistrate Meenakshi Gayan-Jaulimsing a dû ajourner le procès « in the interest of justice ». Agacée par l’attitude de l’homme de loi, la cour a fait comprendre au défendeur qu’il avait le choix entre changer d’avocat, espérer que celui-ci vienne au procès le mercredi 21 ou assurer sa propre défense « as a layman ».
À l’appel du procès, Rosario Draboucan a plaidé non coupable à la charge d’agression logée contre lui sous l’article 156 du Code criminel. Selon l’acte d’accusation, cet ancien agent du Parti travailliste était accompagné de Clovis Azie dans le « lunch room » de l’Assemblée nationale le 20 mai 2007. L’accusé aurait alors lancé un téléphone portable sur le ministre Anil Baichoo en présence de plusieurs personnalités politiques, dont Shakeel Mohamed.
Le ministre du Travail et des Relations Industrielles et le vice-Premier ministre et ministre des Infrastructures publiques devraient être convoqués en tant que témoins de la poursuite à la prochaine audience.
Me Chetan Baboolall avait réclamé le gel du procès pour « abuse of process » mais la magistrate du tribunal de troisième instance de Port-Louis a rejeté la motion de la défense. Le procès contre Clovis Azie a quant à lui été interrompu. Celui-ci a demandé la permission à la cour de se rendre en Angleterre, son épouse étant souffrante.