L’inspecteur Jaylall Boojhawon, président de la Police Officers Solidarity Union, a dénoncé l’agression d’un élément du National Security Service (NSS) mercredi à Plaine-Verte. D’autre part, il a rappelé que l’article 18 (2) de la Police Act stipule que « no police officer nor any person shall trail any individual on account of the involvement of the individual in any political activity or in any other form of lawful protest or dissent ». Et de poursuivre : « Li kler sou sa lalwa la ki NSS pa gagn drwa vey politisien. »

La campagne électorale approchant, Jaylall Boojhawon a rappelé aux officiers du NSS qui « reçoivent des ordres de leur supérieur pour surveiller les politiciens qu’il y a risque de poursuites en cour ». Il leur a conseillé de désobéir à ce genre d’instruction. « Polisie la kapav gagn transfer si li pa obeir sa lord la. Me rapel byen si gagn problem lakour, okenn ograde pa pou vinn tir zot », a-t-il dit.

Concernant les doléances des policiers qui travaillent pendant la période des examens du PSAC, du School Certificate et du Higher School Certificate, il a déclaré que deux policiers sont postés dans chaque institution. « C’est un policier qui doit signer sur l’enveloppe contenant les questionnaires d’examen et sur le colis renfermant les copies des candidats. En plus, ils doivent surveiller les portes de l’établissement. Mais les policiers ne reçoivent pas d’allocation alors que les surveillants et les plantons obtiennent une somme d’argent ».

Selon Jaylall Bhoojhawon, après une rencontre au bureau du Premier ministre en août 2018, une décision a été prise de payer ces policiers. « Mais le Mauritius Examinations Syndicate et le ministère de l’Éducation se renvoient la balle. Les policiers n’ont pas été payés jusqu’ici. » Il branit la menace d’action syndicale si rien n’est fait prochainement.

Il a également dénoncé des instructions « en haut lieu » selon lesquelles une vingtaine de policiers « doivent consigner un “statement” » après qu’ils ont travaillé le week-end dernier au Centre Swami Vivekananda à Pailles lors du mariage de la fille du président de la République par intérim, Barlen Vyapooree. Il a indiqué que ces policiers n’ont pas obtenu d’“extra-duty” et qu’on « les force à dire qu’ils ont accepté de travailler volontairement pour cet événement ».

Par ailleurs, la Police Officers Solidarity Union a eu une rencontre avec le ministre mentor, sir Anerood Jugnauth, mercredi, et elle a exposé les doléances de la police. « Nous avons expliqué à SAJ nos revendications et nous avons également passé en revue la performance du commissaire de police et de son adjoint. »

L’inspecteur Jaylall Boojhawon a rappelé que le contrat de Mario Nobin expire le 28 septembre et que « ce serait mauvais pour l’image de Maurice qu’il reste toujours en poste avec une extension de son contrat ». Il a dit souhaiter la nomination d’un nouveau CP « ki konn le rouaz de la polis ek pa enn eleman ki rantr kuma kade inspekter e inn mont vit dan la yerarsi ». Il a dit s’attendre à des actions positives au niveau du PMO suite à cette rencontre.