Pierre Van Der Hoven, un employé du club Med, avait été accusé d’agression en violation de la section 230 (1) du code criminel sur un certain Adil Moosun. Le magistrat Navish Jheelan, siégeant en Cour de Pamplemousses, a rayé la charge retenue contre lui, en ayant pris en considération sa version des faits où il indique qu’il avait heurté la victime par inadvertance.
Il était reproché à Pierre Van Der Hoven d’avoir agressé Adil Moosun dans un bureau de l’hôtel, le 22 avril 2013. Il avait plaidé non-coupable et demandé à ce que les procédures soient faites en anglais. Selon Adil Moosun, Pierre Van Der Hoven l’aurait heurté à l’oeil et l’aurait poussé au sol. Cette agression aurait été commise alors qu’un employé avait réalisé qu’il avait oublié sa carte d’accès dans le bureau de Pierre Van Der Hoven et devait aller la récupérer. Cependant, alors qu’il se trouvait dans la pièce, le présumé agresseur l’aurait chassé, pensant que c’était un cambrioleur et quand il est intervenu lors de l’altercation, il aurait été agressé.
Pour sa part, Van Der Hoven devait déclarer qu’il avait aperçu un intrus entrer dans son bureau et l’avait chassé, pensant que c’était un cambrioleur. Il a ajouté que c’est à ce moment qu’Adil Moosun s’est trouvé sur son passage et qu’il l’aurait heurté par inadvertance.
Dans son jugement, le magistrat Navish Jheelan a trouvé que Van Der Hoven avait expliqué clairement les circonstances de l’incident et qu’il est clair qu’il n’avait pas l’intention d’agresser Adil Moosun. De plus, les blessures relevées dans le Medical Examination Certificate, une abrasion de la main droite et du genou droit, démontrent que la victime avait des blessures mineures qui s’apparentent à un acte involontaire. Le magistrat a aussi trouvé que la victime avait mentionné avoir été blessée à l’oeil, ce qui a été attesté par un témoin en cour. Cependant, le magistrat dénote que cette blessure n’a pas été mentionnée dans le certificat médical, ce qui donne plus de crédibilité à la version de Pierre Van Der Hoven. Le magistrat Jheelan a ainsi rayé la charge d’agression contre l’employé du Club Med.