Trois individus s’étaient retrouvés sur le banc des accusés, devant la cour de district de Rivière du Rempart, sous une charge d’agression et pour « damaging building ». Les trois prévenus étaient accusés d’avoir agressé en bande un habitant du nord et d’avoir brisé des fenêtres de sa demeure. La magistrate Nalini Senevrayar-Cunden a toutefois rayé les charges portées contre eux, trouvant qu’il y avait de nombreuses incohérences dans la version des faits de la victime ainsi que celle de son frère.
Selon la victime, l’agression s’est produite dans la soirée du 14 janvier 2011, alors qu’elle dormait chez elle. Ayant entendu du bruit, elle décide d’aller voir ce qui s’y passe. Malheureusement, elle tombe nez à nez avec trois hommes, qui l’assènent de coups de poing tour à tour. La victime soutient qu’un d’entre eux l’aurait frappée à la tête avec une barre métallique. Deux fenêtres de son domicile avaient été fracassées après l’agression. Toutefois, lors du procès, la victime a concédé qu’elle n’avait pas incriminé deux des trois prévenus lors de sa première déclaration à la police mais ce n’est qu’après avoir donné sa deuxième déclaration, un mois plus tard, qu’elle les a incriminés. La cour devait noter d’autant plus que le frère de la victime, venu témoigner en cour, avait quant à lui soutenu que son frère avait été agressé à la tête avec un objet en bois.
Compte tenu du manque de cohésion entre les versions des deux frères et le fait que les prévenus aient nié les faits qui leur ont été reprochés, la magistrate a décidé de rayer les charges portées contre eux.