Le Dr Krishan Malhotra sera enfin entendu devant les magistrats Renuka Dabee et Vijay Appadoo en cour intermédiaire jeudi. Son témoignage revêt d’une grande importance dans le procès intenté à Neerunjun Ramdin et Kissunkumar Hazareesing, accusés d’avoir agressé l’ancien directeur de la clinique MedPoint à l’acide. Selon son avocat, il est rentré au pays hier après plusieurs mois passés en Angleterre pour des soins.
Cela fait plus d’un mois que le Dr Malhotra est attendu en tant que témoin dans ce procès. L’ancien directeur de la clinique MedPoint avait toutefois informé qu’il n’allait être présent en cour qu’au mois de juillet en raison des ennuis de santé et a demandé que l’affaire soit repoussée en ce sens. Cependant, la défense y a objecté, soutenant que le principal problème dans cette affaire était le retard accumulé. Me Proag a fait ressortir qu’il y a déjà eu violation du « reasonable time » dans ce procès et que ses clients ne peuvent être encore pénalisés. Me Nuvin Proag a expliqué que ses clients sont dans l’attente d’un dénouement dans leur procès depuis trop longtemps et que la poursuite n’a pu satisfaire la cour et les parties défenderesses s’agissant du délai.
Selon Me Pursum, le Dr Malhotra serait rentré à Maurice hier. Les magistrats l’ont ainsi appelé se présenter en cour jeudi en vue de déposer. Son témoignage se révèle d’une grande importance dans ce procès intenté à Neerunjun Ramdin et Kissunkumar Hazareesing, accusés de l’avoir agressé à l’acide alors qu’il était dans son bureau à la clinique MedPoint. Plusieurs témoins, dont les policiers qui avaient travaillé sur l’enquête, ainsi que le Dr Manna qui était l’un des ophtalmologues qui avaient examiné le Dr Malhotra, ont déjà déposé.
Les faits remontent à mars 1998. Le Dr Krishan Kumar Malhotra, alors directeur de la clinique MedPoint et gendre de sir Anerood Jugnauth, est abordé par un homme accompagné qui avait un colis en main. Ils sont entrés dans le bureau du médecin pour discuter. Peu après, le visiteur a quitté l’enceinte de la clinique précipitamment. Les employés de l’établissement privé sont ensuite alertés par les cris de leur directeur. Le Dr Malhotra avait reçu un jet d’acide sulfurique concentré au visage.