Le procès intenté à Laval Josian L’Espérance pour homicide involontaire sur la personne de Cliff Gigambur, un sans-domicile fixe, s’est poursuivi hier avec les interventions des avocats de la défense et de la poursuite. Alors que la poursuite a évoqué « l’esprit de vengeance » de l’accusé après avoir été agressé par le SDF, la défense a joué la carte de la légitime défense, avançant que c’est la victime qui avait agressé Josian L’Espérance en premier.
« The man (NDLR : l’accusé) was motivated by the spirit of revenge. The man, in anger, decided to take the law in his own hands », a soutenu l’avocate de la poursuite, Me Asha Egan-Ramano. Elle a évoqué la violence de l’agression, le fait que la victime portait de profondes lacérations au visage et au cou, et qu’il saignait abondamment. L’avocate a également rappelé que Josian L’Espérance avait admis avoir tué la victime dans ses dépositions, ce qui est « the best element of proof ». Remettant en question la thèse de la légitime défense étant donné que Josian L’Espérance avait déclaré « avek laraz mon rey so figir », la poursuite a fait ressortir qu’il n’y avait aucune preuve que l’accusé était en danger puisque la victime ne l’avait pas agressé. « Why would a reasonable person follow such a person at such a place ? », devait-elle conclure, faisant allusion au fait que la victime avait des troubles mentaux et que l’accusé l’avait suivie dans un bâtiment abandonné dans lequel elle avait élu domicile.
Me Dinesh Appa-Jala, qui défend Josian L’Espérance, a pour sa part soutenu que l’accusé s’était fait agresser à coup de pierres. Il a argué que la poursuite n’avait pu prouver la culpabilité du prévenu sous la charge de « manslaughter », rappelant aux jurés que son client n’avait aucune arme en sa possession au moment de suivre le SDF dans le bâtiment abandonné. L’homme de loi a souligné qu’il y faisait sombre et que l’accusé était seul avec quelqu’un souffrant de troubles mentaux qui, a un moment donné, se serait muni d’une barre de fer pour tenter de l’agresser. « What else can you do to defend yourself ? », a-t-il déclaré.