La magistrate Wendy Rangan, siégeant en Cour intermédiaire, a acquitté Philippe Rehaut, Dominique Coulon et Louis Martinet. Ils étaient poursuivis pour « wounds and blows causing death without intention to kill » sur Louis Pierre Arlanda, le 29 mars 2008. La magistrate a estimé que le seul témoin oculaire dans l’affaire a donné des versions contradictoires et ne pouvait de ce fait être crédible.
Les trois hommes auraient asséné de coups Louis Pierre Arlanda le 29 mars 2008. Ce dernier avait succombé à ses blessures peu après. En Cour, les trois présumés agresseurs avaient plaidé non-coupable.
Le policier Sairally avait déclaré qu’en se rendant ce jour-là à Cité Mangalkhan, Floréal, il avait trouvé le corps d’un homme, allongé sur le ventre, sur un matelas. Il avait noté des traces de chaussures sur les vêtements de la victime et du sang sur les murs. Seule la paire de chaussures de la victime avait été conservée comme pièce à conviction.
Le témoin oculaire, alias « Carcasse », avait identifié les trois accusés comme étant les agresseurs de Pierre Arlanda. Il a déclaré en cour que le 29 mars 2008, vers une heure du matin, il a vu les trois hommes agresser la victime car elle aurait refusé de leur remettre de l’argent. Selon lui, Philippe Rehaut aurait agressé Louis Pierre Arlanda avec une ceinture, Dominique Coulon l’aurait giflé et Louis Martinet lui aurait asséné des coups avec un morceau de bois. Le témoin a indiqué avoir demandé aux agresseurs d’arrêter mais ces derniers lui avaient demandé de se taire.
Le témoin et les trois accusés avaient été arrêtés trois jours après l’agression. Carcasse avait déclaré en cour que la police lui avait demandé de consigner une déposition dans les plus brefs délais et vu qu’il ne sait pas lire, il a fait confiance à ce que les policiers écrivaient. « Seki lapolis inn dir mwa, monn dir. » Les accusés ont quant à eux nié avoir été ensemble le jour de l’agression. Ils ont réfuté la version donnée par le témoin Carcasse. Philippe Rehaut a déclaré qu’il connaissait le témoin et Louis Martinet car ils avaient l’habitude de prendre un verre ensemble. Il a indiqué que Dominique Coulon dormait chez lui le jour de l’agression. Louis Martinet avait, lui, déclaré qu’il ne se souvenait pas où il était ce jour-là.
Selon le rapport d’autopsie, le décès est due à une « skull fracture with brain laceration ». Le Dr Satish Boolell, Chief Police Medical Officer à l’époque, a précisé que les multiples blessures trouvées sur le corps de la victime montraient qu’elle avait été agressée. Cependant, les tests effectués au Forensic Science Laboratory concernant les effets personnels des accusés ne concordaient pas avec le sang et les traces de chaussures trouvés sur les lieux du crime.
La magistate Wendy Rangan a trouvé qu’il n’y avait aucune preuve démontrant la culpabilité des trois accusés et se fier uniquement sur la version d’un seul témoin, qui en plus avait donné des versions contradictoires en Cour, n’est pas suffisant pour condamner les trois hommes.