Une Special Squad, comprenant des limiers de la CID de Port-Louis Nord, de l’Anti-Drug and Smuggling Unit (ADSU) et de la Major Crime Investigation Team (MCIT) en collaboration avec les Field Intelligence Officers de la capitale, a été constituée pour mener la traque de Colosso, l’un des présumés agresseurs du pseudo “Pablo Escobar”. Ce dernier, de son vrai nom Franco Edouard, 31 ans, soudeur de métier, habitant le complexe de la NHDC à Baie-du-Tombeau, a été agressé par au moins quatre hommes dans la nuit de lundi à mardi dans les parages du pont Bruniquel. Cette sauvage agression a été commise peu après la diffusion sur la chaîne satellitaire M6 d’un reportage sur Maurice.
À ce stade de l’enquête, les responsables de la CID privilégient la thèse d’un règlement de compte entre trafiquants de drogue opérant dans cette partie de la capitale et multiplient les moyens depuis ce matin de retrouver les traces de Colosso, dénoncé par les proches de la victime comme étant le « leader of the gang » de cet acte d’agression. En effet, le dernier élément versé dans le dossier à charge est une dénonciation formelle de la mère de la victime, qui s’est retrouvée face-à-face avec le principal suspect durant la nuit de l’agression.
Jusqu’ici, toutes les tentatives pour procéder à l’interpellation du dénommé Colosso en vue de le confronter aux accusations portées contre lui ont été vaines. Depuis ce matin, du renfort venant de la MCIT sous la supervision de l’assistant commissaire de police, l’ACP Yousouf Soopun, a été sollicité. L’état-major de la police, se basant sur les informations recueillies sur le terrain, se prépare à mener des raids simultanés dans la soirée en vue d’appréhender ce suspect aussi bien que ses quatre complices.
Les recoupements des faits effectués par Le Mauricien tendent à confirmer que la bande à Colosso a pris ombrage des interventions dans l’émission de M6 de Franco Edouard, se vantant d’être le “Pablo Escobar” en matière de trafic dans cette région. Le principal grief serait que Franco Edouard, qui est connu pour faire partie du réseau de trafic de drogue de cette région, aurait franchi un pas qu’il n’aurait jamais dû envisager, mettant du même coup les autres trafiquants en difficulté face à la police.
Appels au secours
Ainsi, dès la fin de l’émission, Franco Edouard aurait reçu un appel téléphonique pour une commande de Valium. « Amène kat Valium. Nou pe atann kot pont Bruniquel », aurait déclaré en substance l’un des agresseurs au téléphone en soulignant qu’ils voulaient à tout prix éviter l’enceinte du complexe de la NHDC de Baie-du-Tombeau pour la livraison.
Sur ce, Franco Edouard, habitué à ce genre de commandes tardives, devait s’exécuter sans se soucier du fait qu’il avait affaire à des « amis qui lui en voulaient à mort ». Par la suite, il a été roué de coups et traîné jusqu’au pont où il a été dépouillé de ses vêtements.
Dans sa déposition à la police sur cette agression, Noëllie Edouard, la mère de la victime, affirme que son attention a été attirée par les appels au secours et les plaintes de son fils.
En arrivant sur les lieux, Noëllie Edouard a été témoin des coups violents que recevait son fils aux mains des agresseurs, dont un certain Jimmy Colosso, réputé pour être à la tête d’une bande semant la terreur dans cette région de Port-Louis. Le dénommé Colosso, qui tenait entre ses mains une paire de jeans et un t-shirt appartenant à la victime, devait avoir l’outrecuidance de lancer les vêtements de Franco Edouard en direction de la mère encore sous l’effet du choc.
« Alle kit sa (vêtements) à la polis. Alle dire lapolis ki mwa Colosso ki ine batte li… » aurait déclaré le principal suspect à Noëllie Edouard, qui a voulu chercher les raisons derrière cette agression. Le dénommé Colosso aurait soutenu vouloir régler son compte à Franco Edouard suite à ses commentaires lors de l’émission de M6.
Noëllie Edouard, qui était désarmée face à cette bande de bouncers, n’a eu d’autre choix que de chercher secours auprès de son époux pour faire transférer Franco Edouard à l’hôpital Jeetoo. Souffrant de graves blessures à la tête, il a été placé sous traitement et observation à l’hôpital Jeetoo où son état a enregistré une amélioration au cours de ces dernières 24 heures.
L’enquête de la police sur ce qui est devenu un High Profile Case se poursuit.