Le constable Nazeeruddeen Fokeerbux, qui avait été trouvé coupable par la Cour intermédiaire d’agression sur la personne de Chitra Haradhun et condamné à payer une amende de Rs 5 000, a été blanchi en appel, les juges Asraf Caunhye et Rehana Mungly-Gulbul estimant que le magistrat l’avait condamné en se basant sur des témoignages non fiables.
La présumée victime reprochait au constable Fokeerbux de l’avoir agressée le 12 novembre 2004 en aspergeant son visage avec un spray avant de lui donner un coup de poing. La femme avait porté plainte à la National Human Rights Commission qui avait conclu qu’il y avait un prima facie case de wounds and blows contre le policier. Lors de l’enquête, les policiers n’avaient pas procédé à une identification du présumé agresseur alors que la femme n’avait pas vu le constable le jour de l’agression mais s’était fiée à la version de son fils. Les juges ont trouvé que les versions de la présumée victime et des autres témoins n’étaient pas cohérentes et fiables et ont ainsi annulé la sentence. « The conviction cannot stand in view of the serious misdirections by the Magistrate with regard to the issue of identification, more particularly, in view of the inadmissible and inherently unreliable nature of the identification evidence. We note firstly that the complainant’s own evidence regarding the identity of her assailant, is tenuous », ont-ils souligné. Nazeeruddeen Fokeerbux était défendu par Me Sanjeev Teeluckdharry.