Le taux d’intérêt directeur (Key Repo Rate) reste à 5,5%. Une décision en ce sens a été prise à l’unanimité hier par le comité de politique monétaire (MPC) de la Banque de Maurice cela en tenant compte de la grande incertitude prévalant actuellement au niveau économique aussi bien que celui de l’inflation.
Dans le communiqué émis hier après-midi à l’issue de sa réunion, le MPC indique qu’il s’attend à une plus lente reprise de l’activité économique globale que celle anticipée lors de sa dernière rencontre il y a environ trois mois. Cette situation, selon elle, est attribuée à l’incertitude plus prononcée quant aux perspectives de croissance. Même si la menace d’une nouvelle flambée des prix des matières premières s’est atténuée, il y a, selon les membres du MPC, de fortes inquiétudes que des contraintes au niveau de l’offre continuent à se faire sentir, ce qui pourrait accentuer les risques d’une montée de l’inflation, en particulier dans les pays émergents à croissance rapide. De plus, le MPC a pris note du fait que face à des possibilités de croissances économiques globales plus faibles, un certain nombre de banques centrales, notamment dans des pays industrialisés et émergents, ont décidé de garder leurs taux d’intérêt à leurs niveaux actuels.
Pour ce qui est de l’économie mauricienne, le MPC pense que la croissance se maintiendra cette année mais à un taux qui a été légèrement revu à la baisse, soit 4,4% au lieu de 4,6% comme estimé à la réunion précédente. La situation, souligne-t-il, s’est beaucoup plus dégradée dans les principaux pays développés où les taux de croissance ont été corrigés à la baisse de façon conséquente. Le MPC fait ressortir qu’il ne partage pas totalement le pessimisme qui a gagné « certains opérateurs économiques » du pays même si les retombées de la crise de la dette dans la zone euro et l’assombrissement des perspectives de croissance chez les principaux partenaires commerciaux de Maurice ont contribué à accentuer le climat d’incertitude.
Le MPC est d’avis que le headline inflation (taux calculé par le Bureau central des Statistiques) demeurera à un niveau élévé jusqu’à la fin de cette année. « On a no-policy-change basis », il est estimé que le taux d’inflation glisserait à environ 5,1% d’ici juin 2012 alors que le year-on-year inflation (taux auquel se réfère souvent la Banque de Maurice et qui est déterminé en comparant le niveau du CPI pour un mois donné dans une année à celui du mois correspondant de l’année précédente) s’élèverait à 4,3%. « Given the underlying inflationary pressures, the MPC considers it important to minimise the risk of second-round effects », souligne le communiqué de la banque centrale.
Le MPC s’est penché sur d’autres taux d’intérêt alternatifs mais qu’en raison de l’incertitude grandissante, il a préféré freiner le processus de normalisation du taux d’intérêt directeur commencé en mars 2011. Le MPC estime que dans la conjoncture actuelle il faut faire montre de la plus grande vigilance dans l’analyse des retombées sur le plan économique.