Le ministre de l’Agro-industrie Mahen Seeruttun estime « impossible » pour le pays d’être autosuffisant à 100% en légumes frais tout le long de l’année car le climat, dit-il, n’est pas favorable pendant certaines périodes. « Nous ne pouvons non plus conserver nos légumes car ils ne tiendront pas », a-t-il dit lors d’une cérémonie de distribution de semences de carottes et de haricots aux planteurs dont les plantations ont été affectées ces dernières semaines par le mauvais temps.
Dans ces conditions, a estimé le ministre Seeruttun, le pays doit dépendre de l’importation. « Mais nous devons pouvoir produire le maximum durant la période propice afin d’éviter l’importation de légumes frais durant de telles périodes. » Le ministère a autorisé l’importation de 50 tonnes de carottes pendant un mois pour pallier le manque de ce légume sur le marché.
Poursuivant, le ministre a indiqué qu’un “survey” de la Food and Agricultural Research and Extension Unit (FAREI) sur l’état des plantations après le passage du cyclone Bansi a démontré que la carotte et le haricot étaient les deux légumes les plus affectés. « Cela demande une attention immédiate. D’où la décision de distribuer des semences de ces deux légumes dans le but d’aider les planteurs à reprendre très vite leurs activités », a-t-il dit. Mais il avoue, dans le même temps, que la distribution symbolique de semences ne pourra pas remplacer les investissements que les planteurs ont perdus. Cependant, dit-il, « li touzour enn soulazman ». Mahen Seeruttun estime que si, d’un côté, le mauvais temps a affecté certaines cultures, de l’autre, les pluies, qui ont été abondantes ces dernières semaines, ont permis un remplissage satisfaisant des réservoirs et à 100% des nappes phréatiques. « Les agriculteurs souffrent lorsqu’il ne pleut pas et qu’il n’y a pas d’eau pour l’irrigation », rappelle-t-il.
Le ministre a aussi salué la contribution des planteurs dans le développement économique du pays et leur a assuré du soutien du gouvernement dans leurs activités. « Nous travaillons sur un programme que nous proposerons bientôt aux planteurs dans le but de redynamiser le secteur de la culture vivrière et améliorer ainsi la production de certains légumes. Il s’agit aussi de voir au-delà de ce qui se fait déjà si nous voulons donner à l’agriculture une grande dimension dans l’économie globale du pays. Nous devons aussi réfléchir sur les possibilités de la transformation de certains produits pour apporter de la valeur ajoutée ainsi que des revenus additionnels à la communauté agricole », a-t-il lancé. Et d’annoncer aux planteurs son intention de les rencontrer bientôt dans leurs régions pour discuter de leurs problèmes.
Pour sa part, le directeur par intérim de FAREI, Ramesh Rajkumar, a dit partager la vision du gouvernement et du ministère de l’Agro-industrie en ce qu’il s’agit de l’aide à apporter à la communauté agricole. Il a ainsi indiqué que des semences de légumes fins seront également prochainement distribuées aux planteurs à travers le pays.