Le Mouvement autosuffisance alimentaire (MAA) a récemment lancé, avec le soutien d’Omnicane Foundation, un programme de formation agricole à l’intention des habitants de quatre villages du Sud, à savoir Batimarais, Britannia, Camp-Diable et L’Escalier. Un premier groupe de 15 habitants de Batimarais a déjà complété cette formation et cultive déjà des légumes chez eux alors que le deuxième groupe, venant de Camp-Diable, le sera bientôt.
Éric Mangar, manager de MAA, indique que l’objectif de ce Training Centre In Organic Farming est de former 15 personnes par village, figurant dans la “catchment area” d’Omnicane, en agriculture organique « pour qu’ils puissent eux-mêmes cultiver des légumes dans leur arrière-cour, ce qui contribuera ainsi à une bonne alimentation de leur famille ». Des bacs ainsi que tous les outils agricoles nécessaires leur sont offerts gratuitement. En théorie et en pratique, les stagiaires apprennent à fabriquer leur propre compost, à pratiquer le “mixed farming”, à utiliser des légumineuses pour enrichir la terre et à refaire sa fertilité.
Dans un autre volet de cette formation, les stagiaires apprennent à mieux connaître la composition de ce que consomment les Mauriciens (riz, farine, légumes, viande, oeuf, pain…) en termes de protéines, d’énergie, de graisses, de magnésium et de calcium, entre autres. « Nous leur disons aussi la quantité de légumes et de viande à consommer au quotidien pour rester en bonne santé. Ils apprennent aussi à distinguer les graisses saturées des insaturées », indique Éric Mangar. Ce dernier observe que la démarche ne vise pas seulement à former les Mauriciens à l’agriculture organique, « mais aussi et surtout » de leur faire comprendre que ce système de production agricole ne concerne pas seulement la non-utilisation des produits chimiques. « Il dépasse le cadre des produits chimiques, il concerne la fertilité du sol et sa dimension écologique, qui sont à la base de ce système de production agricole », souligne-t-il.
Une des premières bénéficiaires de ce programme de formation agricole, Josiane Desvaux, une habitante de Batimarais, se dit « ravie » d’avoir participé à cette formation. « J’ai appris beaucoup de choses que je ne connaissais pas, principalement à cultiver des légumes sans produits chimiques et que, sous la terre, vivent des bactéries qui la fertilisent. » Selon elle, dans l’agriculture organique, il faut nourrir la terre « afin que les légumes soient sains et ne comportent aucun risque pour notre santé ».
Josiane Desvaux raconte qu’au début, les autres familles et elle étaient réticentes à prendre part à cette formation agricole, ajoutant qu’elles se sont finalement laissées convaincre. « Nous ne le regrettons pas, car cette formation nous a été très bénéfique. » Elle cultive maintenant chez elle diverses variétés de légumes, dont des laitues, des brèdes, des carottes, des lalos et des haricots.