Sept stations agrométéorologiques installées à travers l’île aident depuis peu les planteurs à avoir des données climatiques en temps réel (pluviométrie, température, humidité, vitesse du vent et leur direction, radiation solaire…). Des informations qui peuvent les aider à renforcer leur résilience contre le changement climatique. Ces stations alimentent un serveur de données auquel ils peuvent accéder en ligne.
Indoomatee Ramma, scientifique auprès du Food and Agricultural Research Extension Institute (FAREI), indique que ces données météorologiques peuvent aider les planteurs à prendre les décisions nécessaires par rapport à leurs opérations dans leurs plantations. « Ils peuvent utiliser l’eau et les fertilisants de manière optimale, arrêter l’irrigation lorsque les pluies sont suffisantes dans leur région, gérer les pestes et les maladies, et améliorer leur productivité tout en réduisant leur vulnérabilité aux variations climatiques », dit-elle. La FAREI, ajoute-t-elle, utilise déjà ces données pour alimenter son système d’alerte aux maladies, qui est disséminé à la communauté des planteurs à travers le téléphone portable. Ce faisant, estime-t-elle, « des cultures entières peuvent être sauvées si la bonne décision est prise au bon moment ». Et d’ajouter : « Ce système est un bon outil qui doit être utilisé par les agriculteurs. » Les étudiants de l’université de même que les chercheurs « devraient aussi bénéficier des données disponibles », selon elle.